Nouvelles

Mobilité dans la profession : attention aux menteurs!

Main image

Jean-francois Parent

2022-04-07 14:15:00

Marauder les avocats d’autres cabinets peut réserver de très mauvaises surprises.

Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
Droit-Inc écrivait récemment que les transferts latéraux — où les avocats changent de cabinets—avaient plus que doublé l’an dernier aux États-Unis.

Une tendance qu’on observe également près de chez nous, alors que la plupart des cabinets évoquent des manques de main d’oeuvre.

Le problème, c’est que les processus habituels de sélection des candidats ne permettent pas toujours de trouver les squelettes pouvant se trouver dans le placard d’un avocat.

Alors que le recrutement se fait à coup de primes alléchantes basées notamment sur ce qu’un avocat peut apporter à la croissance d’un cabinet, Reuters évoquait récemment que près de la moitié des avocats maraudés l’an dernier par les cinquante plus grandes firmes américaines avaient gonflé leurs chiffre d’affaires.

C’est la douche froide pour un cabinet qui se rend compte qu’il a recruté un mythomane. Ou pire, un fraudeur ou un harceleur.

Ainsi, les histoires abondent au sujet d’une recrue vedette repêchée chez le concurrent qui s’est avéré être un fraudeur ou un abuseur.

Et le prix de se tromper est élevé : dans les six chiffres en tenant compte de la rémunération, des frais de recrutement, de l’intégration et des coûts engendrés quand il faut recommencer le processus.

Sans compter le dommage réputationnel quand on découvre qu’un associé vedette a un lourd passé.

C’est pourquoi les grands cabinets américains embauchent des spécialistes de l’enquête pour aller fouiller le passé d’un candidat potentiel : on interroge ses collègues et ses adversaires, on fouille les archives judiciaires, on recense ses interventions sur Internet… certains allant même jusqu’à scruter les recoins sombres du Dark Web pour s’assurer des bonnes mœurs d’un candidat.

Quant au volume d’affaires qu’un candidat affirme pouvoir apporter avec lui, les enquêteurs interrogés par Reuters disent remarquer que la valeur de la clientèle affichée par les avocats a doublé depuis le début de la pandémie, signalant que plusieurs gonflent leurs chiffres.

Pour séparer le bon grain de l’ivraie, l’enquête peut aller jusqu’à appeler les conseillers juridiques d’entreprises pour valider les affirmations des candidats.
4783

1 commentaire

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Attention les fausses représentations il y en a des deux côtés
    Il est aussi fréquent mais malheureusement rarement décrié de voir des cas où un avocat va poser des questions précises sur les conditions de travail et l'organisation du bureau. Ne vous contentez JAMAIS des réponses vagues. Obtenez des réponses claires notamment quant au personnel de soutien auquel vous aurez accès, car une fois dans le cabinet les responsabilités tomberont sur votre bureau et si les moyens nécessaires ne vous sont pas fournis il est probable que ce ne soit plus le problème du cabinet.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires