Nouvelles

Le prof « pro-Poutine » contre-attaque

Main image

Didier Bert

2022-04-08 13:15:00

Ce professeur de l’Université de Montréal s’estime victime d’une « attaque injustifiée » par un article de Radio-Canada le présentant comme un professeur « pro-Poutine ».

Michael J.Carley et Me Sébastien Lormeau. Source: Site web de l’UdeM et courtoisie de Me Sébastien Lormeau
Michael J.Carley et Me Sébastien Lormeau. Source: Site web de l’UdeM et courtoisie de Me Sébastien Lormeau
Le professeur d’histoire Michael J. Carley n’a guère apprécié l’article de Radio-Canada qui lui est consacré.

Sous le titre ''Malaise à l’UdeM, un professeur pro-Poutine défend l’invasion russe'', le site web du radiodiffuseur public rapporte des citations de membres de la communauté universitaire de l’Université de Montréal et d’anonymes. La plupart des témoignages condamnent la position du professeur au sujet de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, qu’il a exprimée publiquement sur les réseaux sociaux.

Michael J. Carley a décidé de contre-attaquer. Son représentant, Me Sébastien Lormeau, indique à Droit-inc qu’une plainte sera déposée auprès de l’Ombudsman de Radio-Canada. Une autre plainte est destinée au Conseil de presse du Québec, « en raison des manquements déontologiques du journaliste de Radio-Canada », explique l’avocat.

Mais Radio-Canada n’est pas la seule dans le viseur du professeur et de son avocat. C’est que le reportage de Radio-Canada cite le directeur du Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CERIUM), et des témoignages anonymes. L’Association des étudiant.e.s diplômé.e.s du Département d'histoire de l'Université de Montréal (AÉDDHUM), comme le CERIUM, sont cités par l’avocat pour avoir « renchéri sur les accusations sans fondement de Radio-Canada et commis des gestes irréparables. Ces associations auront des comptes à rendre et se trouvent aujourd’hui dans le plus grand embarras », prévient Me Lormeau. « Cependant, aucune décision n’a encore été prise concernant des recours judiciaires », précise-t-il.

Me Lormeau s’étonne aussi de la réaction de la firme Cision, qui diffuse les communiqués de presse dans l’ensemble du Canada. « On a senti que l’invasion russe est un dossier sensible. On nous a demandé de faire des compromis », explique l’avocat, qui dit avoir dû édulcorer une partie du communiqué de presse. « C’est problématique si on ne peut pas exprimer ce qu’on veut par communiqué de presse. »

Cision n’a pas répondu à la demande de commentaire formulée par Droit-inc.
6076

4 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Publiez la version initiale sur une page de votre site web, bonyienne!
    "On nous a demandé de faire des compromis », explique l’avocat, qui dit avoir dû édulcorer une partie du communiqué de presse. « C’est problématique si on ne peut pas exprimer ce qu’on veut par communiqué de presse. »"

  2. Robert
    Robert
    il y a 2 ans
    La liberté d'expression
    Le manquement déontologique et la censure sont en voie de devenir la norme dans l’espace public? Et la liberté d’expression tant vantée n’est que de la frime ?

  3. Notaire
    Notaire
    il y a 2 ans
    La liberté d'expression a ses limites
    La liberté d'expression a ses limites. Les journalistes peuvent rapporter des propos tenus par un professeur. Il s'exprime et les journalistes rapportent.

    • DSG
      New censorship
      You are still free to say whatever you want, except now they ruin your life if people don't like it. Next comes public pressure and eventually this guy will lose his job for expressing his opinion.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires