Nouvelles

Mamadi Camara a été victime de profilage racial, maintiennent ses avocats

Main image

Radio -canada

2021-09-08 10:28:00

L'enquête aurait été menée plus calmement si Mamadi Camara avait été blanc, soutiennent ses avocats…

Mamadi Camara. Source : Radio-Canada
Mamadi Camara. Source : Radio-Canada
Les avocats de Mamadi Camara, arrêté et accusé à tort après l'agression d'un policier de Montréal l'hiver dernier, rejettent la conclusion d’une enquête administrative selon laquelle leur client n’a pas été victime de profilage racial.

Selon Virginie Dufresne-Lemire et Alain Arsenault, les problèmes survenus en cours d'enquête et mis en lumière par le rapport du juge Louis Dionne, devraient plutôt alimenter les questions sur le traitement réservé à M. Camara.

« Il ressort de cette enquête que de très nombreux éléments de preuve disculpatoires et importants n’ont pas été pris en compte dans l’analyse du dossier », a commenté mardi Me Dufresne-Lemire.

« Ces éléments auraient pu permettre à un enquêteur compétent de libérer M. Camara le jour même de son arrestation », a-t-elle poursuivi, évoquant notamment des vidéos, des déclarations de témoins et la version fournie par M. Camara.

« Nous ne sommes pas en accord avec la conclusion du juge à laquelle il n’y a pas eu de profilage racial. Au contraire. Comment expliquer que l’enquête ait été aussi mal faite, qu’autant d’éléments importants aient été mis de côté ou n’aient pas été analysés à temps ? », selon Virginie Dufresne-Lemire, avocate de Mamadi Camara.

« L’incompétence, la négligence grossière, le racisme systémique et les biais inconscients apportent selon nous un éclairage essentiel », a poursuivi l’avocate.

« Nous croyons qu’un procès est d’autant plus important qu’il permettra de faire la lumière sur les causes des événements. Évidemment, notre client demeure, comme depuis le début, ouvert à la négociation. »

Et si Mamadi Camara avait été blanc?

Invitée à préciser sa pensée, Me Dufresne-Lemire a maintenu que la détention prolongée de son client, libéré six jours après son arrestation, pouvait s’expliquer presque uniquement par des problèmes systémiques.

« Il n’y a aucune autre façon d’expliquer ça, mis à part peut-être (...) la solidarité policière, qui est un élément excessivement important. Mais ce n’est pas uniquement ça. Il y a des raisons profondes ancrées dans notre système qui ont fait que M. Camara a été un accusé et qu’il l’est resté pendant de nombreux jours ».

D'après elle, « l’enquête aurait peut-être été faite de manière plus calme » si M. Camara avait été blanc, et sa version aurait été davantage crue. Son collègue Alain Arsenault croit pour sa part que l’enquête aurait été « plus rigoureuse » le cas échéant.

« Avoir été blanc, avoir eu cette connexion plus rapide, les policiers auraient dit : "Ben non, c’est pas lui" », a-t-il avancé. « Ce qu’ils ont dit par ailleurs, mais qu’ils n’ont pas écrit dans un rapport (ou dit à) leurs supérieurs. »

« Ils auraient pu très bien dire : "Écoutez, allez-vous-en, on constate que vous ne vous êtes pas battu, et que vous n’êtes pas en sueur" et tout ça. Ça aurait été vite réglé. C’est juste [ça], la différence. »

« Imaginez-vous 30 secondes que M. Camara est blanc, à Westmount, dans une voiture de luxe. Est-ce qu’il aurait passé cinq jours, six jours en prison? C’est ça, la différence de traitement », a-t-il plaidé.

Il aurait fallu un complément d'enquête, selon les avocats

Me Dufresne-Lemire a aussi contesté la conclusion du rapport Dionne voulant que la procureure du Directeur des poursuites criminelles et pénales qui a autorisé le dépôt d'accusations contre son client n'ait eu rien à se reprocher, puisqu'elle s'était appuyée sur la théorie de l'« occasion exclusive », selon laquelle M. Camara était le seul qui avait eu la possibilité d'agresser le policier.

« Cette théorie ne tient pas la route », a commenté l'avocate, en relevant une fois de plus les nombreux éléments de preuve qui n'ont pas été pris en compte.

Et pour Me Arsenault, la procureure aurait dû réclamer un complément d'enquête avant d'aller de l'avant.

Mamadi Camara n'était pas présent pour cette conférence de presse. D'après Me Dufresne-Lemire, il reste « profondément marqué » par cet « événement excessivement traumatisant ».

« M. Camara insiste sur la banalisation de la violence qu’il a vécue, tant policière que judiciaire. La lecture du rapport a été un exercice excessivement douloureux et le débat n’est pas clos. Des questions demeurent », avance Virginie Dufresne-Lemire.

Les avocats de Mamadi Camara ont par ailleurs indiqué que leur client a refusé de collaborer à l'enquête administrative du juge Dionne, jugé « trop fermée », puisqu'il aurait été impossible pour eux de contre-interroger les policiers. Le véritable procès reste donc à venir.

Me Dufresne-Lemire et Me Arsenault ont tout de même reconnu que le rapport du juge Dionne leur a permis d'en apprendre davantage sur l'enquête qui a mené à l'arrestation de M. Camara.

Ce dernier a entrepris en juillet une poursuite contre le SPVM et le DPCP, à qui il réclame un dédommagement de 1,2 million de dollars pour les dommages subis. Il dit avoir été victime de profilage racial.

Un autre homme, Ali Ngarukiye, 21 ans, a depuis été arrêté et formellement accusé dans cette affaire.

Il doit répondre à des accusations de tentative de meurtre, de voies de fait graves, de tentative de désarmer un agent de la paix et d'utilisation d'une arme à feu prohibée.

3555

4 commentaires

  1. Pirlouit
    Pirlouit
    il y a 2 ans
    Changez de disque
    Un policier laisse partir un afro-conducteur-qui-a-déchiré-sa-contravention d'une scène de crime, belle preuve de "racisme systémique"

    C'est sûr que le dossier va être plus difficile à régler sans la pression absurde des accusations de "racisme systémique" dans l'air du temps mais bon

    Et si Mamada avait été blanc ? Bonne question droit-inc, je suis fier de vous.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Et si Mamada avait été blanc?
    Attention Pirlouit; "Mamada" au lieu de "Mamadi"? Votre autocorrecteur ne sert pas votre cause, à moins qu'il n'ait des préjugés inconscients.

    Par ailleurs, la question du profilage racial dans ce dossier ne porte pas sur la contravention déchirée (au fait, était-ce celle remise à Mamadi Camara? En effet, le policier aurait été agressé avant même d'avoir pu donné la contravention et c'est M. Camara qui a appelé le 911 pour signaler l'agression du policier). Alors, pourquoi comme d'habitude, vous nous sortez des arguments hors sujet: "Un policier laisse partir un afro-conducteur-qui-a-déchiré-sa-contravention d'une scène de crime, belle preuve de "racisme systémique". Est-ce un crime de déchirer une contravention? Qui a laissé partir qui de la scène de crime? Qui s'est enfui de la scène de crime et qui est resté? Ali Ngarukiye OU Mamadi Camara.

  3. PIrlouit
    PIrlouit
    il y a 2 ans
    Les policiers auraient vu rouge
    @MamadA : l'argument hors sujet ce serait plutôt la mauvaise lettre d'un nom de famille inusité. Quoique vous me donner des munitions car ça semble démontrer que vous êtes le genre de personne qui voit des préjugés inconscients et du racisme systémique partout même dans une faute de frappe ou une faute d'orthographe.

    Quant au mien (argument) il n'était pas hors sujet puisque le sujet est le "racisme systémique". Vous mélangez tout mais je vais vous expliquer. S'il y avait un super système raciste antinoir chez les policiers, le policier n'aurait pas laissé partir un noir d'une scène de crime . Voyons-donc, un bon système de racisme systémique garderait ce noir comme coupable tout désigné. Bref, y a pas de racisme systémique et le policier pas raciste à laisser partir Mamadi.

    Pour la contravention déchirée, on s'entend que s'il l'a déchiré, c'est que le policier lui a donné avant de se faire frapper. Après, j'étais pas là, vous non plus je présume, le fait qu'il a déchiré sa contravention, c'est un fait rapporté dans certains articles et qui ne semblait pas contesté. Mais je dois admettre que plus le dossier avançait, moins on a pu le lire , probablement après que l'erreur judiciaire soit découverte, pour ne pas le faire mal paraître.

    Après je ne sais pas ce que vous faites quand vous recevez une contravention mais le fait que cette pauvre post-victime a pu déchirer sa contravention devant le policier, ça frappe l'imaginaire. Ça en dit long sur lui, sur son respect de l'autorité, et son état d'esprit (furax). Le genre de personne qui peut frapper un policier j'imagine, surtout selon celui qui vient de donner la contravention, se fait frapper et tirer dessus.

  4. Chose
    Chose
    il y a 2 ans
    Franchement...
    Ton confrère policier avec une balle dans le corps t'identifie le tireur comme étant cette homme à qui il vient juste de donner une contravention. Il est persuadé de ce qu'il dit. La rue était passablement déserte, l'homme avait très mal réagi à sa contravention et votre confrère a reçu la balle quelques secondes après s'être retourné en direction de sa voiture. Jaune, rouge, noir, bleu, brun ou violet, n'auriez-vous pas tenu pour acquis que votre confrère venait de vous identifier positivement le tireur ? Et qu'auriez-vous fait vous pensez ? Profilage racial...? À un moment donné, faut pas charrier non plus. En tous cas, perso, québécois blanc dit "de souche", m'attends à passer un très mauvais quart d'heure si des policiers convaincus que j'ai tenté de tuer un des leurs me ramassent sur un coin de rue.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires