Nouvelles

Une facture d’honoraires de 50 millions $

Main image

Didier Bert

2022-02-18 13:15:00

Un cabinet a obtenu gain de cause pour faire payer son client. Et recevra 50 petits millions de dollars…

Kazuo Okada
Kazuo Okada
Le cabinet d’avocats américain Bartlit Beck recevra 50 millions de dollars US après avoir poursuivi son client, un milliardaire japonais.

Le cabinet basé à Chicago avait conseillé le milliardaire Kazuo Okada dans un combat judiciaire contre Wynn Resorts, un géant de l’industrie des casinos.

Ce groupe avait contraint une filiale d’Okada à vendre ses actions à prix réduit, à la suite d’une enquête interne anticorruption, indique Reuters.

Okada a remporté cette bataille judiciaire, empochant 2,6 milliards de dollars US. Mais il a refusé de payer les honoraires conditionnels de 50 millions de dollars, prévus dans le contrat de mission de la firme d’avocats.

Si le cabinet a obtenu satisfaction, c’est qu’Okada s’est retiré de la procédure d’arbitrage qui avait été mise en œuvre pour résoudre cette discorde. La Cour d'appel des États-Unis pour le septième circuit a confirmé la décision du juge d’arbitrage, expliquant que le retrait d’Okada ne lui permettait pas de se plaindre d’avoir été injustement privé de la possibilité de gagner.

Kazuo Okada affirmait qu’il n’avait pas pu se défendre jusqu’à la fin du processus d’arbitrage en raison d’une urgence médicale, qui l’empêchait de voyager.

Entre-temps, les honoraires de 50 millions de dollars US ont occasionné des intérêts, portant le montant payable à 63 millions de dollars US. Et le cabinet Bartlit Beck n’entend pas faire cadeau de sa facture, puisqu’il entend poursuivre Okada jusqu’à ce que les honoraires soient entièrement recouvrés.
5628

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires