Nouvelles

La perspective unique de la première Autochtone à la Cour suprême

Main image

Radio -canada

2022-10-26 13:15:00

La juge O’Bonsawin souhaite sensibiliser la population et les juristes au taux élevé d'Autochtones dans les prisons fédérales…

Michelle O’Bonsawin. Source: Radio-Canada
Michelle O’Bonsawin. Source: Radio-Canada
Il en a fallu du temps pour que la Cour suprême du Canada fasse une place à un membre des premiers peuples. Le 1er septembre dernier, Michelle O’Bonsawin marquait l’histoire en devenant la première Autochtone à occuper l’un des neuf sièges du plus haut tribunal du pays, vieux de 147 ans.

« Nous étions ici il y a des milliers d’années. C'est vraiment important que nous ayons une voix au Canada », a déclaré la juge O’Bonsawin dans une entrevue aux Coulisses du pouvoir.

La juriste apporte aussi le point de vue unique d’une Franco-Ontarienne issue de la communauté abénaquise d’Odanak.

Celle qui rêvait de faire partie du cénacle juridique canadien dit avoir été surprise en recevant l’appel du bureau du premier ministre. « Tu l’espères! Tu le souhaites! C'est un numéro que je ne reconnaissais pas. J'ai pris l'appel. [...] J'étais super excitée. »

La juge de 48 ans a cependant dû essuyer les critiques de ceux qui trouvaient que ses cinq années à la Cour supérieure de l’Ontario n’en faisaient pas une candidate assez expérimentée.

À ce sujet, elle a suivi les conseils de son mentor, l’ancien juge manitobain et président de la Commission de vérité et réconciliation.

 Murray Sinclair Source: Site web de Cochrane Saxberg
Murray Sinclair Source: Site web de Cochrane Saxberg
« L'honorable Murray Sinclair m'avait dit : « Michelle, il va y avoir des critiques. C'est normal, ça arrive à tout moment. Ne lis pas toutes les critiques. » J'ai suivi son conseil. »

La juge O’Bonsawin se familiarise maintenant avec la dynamique de la Cour suprême. Elle croit qu’elle pourra y mettre à profit son expertise en santé mentale et ses connaissances en ce qui a trait à l’affaire Gladue.

Ce jugement rendu par le plus haut tribunal du pays en 1999 avisait les cours inférieures de tenir compte des facteurs systémiques et des origines d’un contrevenant autochtone au moment de la détermination de la peine.

D’ailleurs, elle souhaite sensibiliser la population et les juristes au taux élevé d'Autochtones dans les prisons fédérales. Une étude rendue publique en décembre dernier par l’enquêteur correctionnel du Canada révélait que les Autochtones représentent 32 % des détenus dans les centres de détention fédéraux, alors qu’ils ne constituent que 5 % de la population canadienne.

Accueil chaleureux

Il va sans dire que la nomination de Mme O’Bonsawin fait la joie de sa communauté d’Odanak. Le chef Richard O’Bomsawin a assisté à son assermentation. La juge a aussi été touchée par l’accueil de ses pairs lors de son passage à la réunion de l’Association du barreau autochtone.

« J'ai ressenti [...] la fierté de tous les avocats et les juristes qui font partie de cette association. C'était vraiment quelque chose. Un accueil chaleureux. »

Fière franco-ontarienne

La juge est par ailleurs fière de ses racines franco-ontariennes. Elle a grandi à Hanmer, une municipalité de 6000 habitants. Elle a étudié en français et le parle à la maison avec son conjoint et ses enfants.

« J'ai toujours cru que le bilinguisme était très important. D'être capable de s'exprimer dans la langue de son choix, en français ou en anglais, qui sont les langues officielles du Canada. Moi, ça m'a aidée tout au long de ma carrière. »

Michelle O’Bonsawin pourra exercer à la Cour suprême du Canada jusqu’à ce qu’elle atteigne l’âge de la retraite, fixé à 75 ans. Son premier défi, dit-elle, sera de s’adapter au rythme de la cour.

« Il faut que je sois patiente », dit-elle. « Une décision que j'aurais prise en quelques mois à la Cour supérieure, ici, à la Cour suprême, ça peut prendre jusqu'à un an. C'est quand même quelque chose d’unique qu'on ne voit pas nécessairement dans les autres tribunaux. »
1257

1 commentaire

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Elle coche 3 cases !
    Femme + autochtone + francophone hors-québec !

    On jugera cette injection de wokisme à ses fruits...

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires