Carrière et Formation

Quelles erreurs à éviter en fusions et acquisitions ?

Main image

Marie-ève Buisson

2023-07-24 14:15:00

Vous êtes un jeune avocat et souhaitez développer votre pratique en fusions et acquisitions ? Un pro nous donne ses conseils !

Me Stéphane Lalancette. Source: Fasken
Me Stéphane Lalancette. Source: Fasken
L’avocat Stéphane Lalancette ayant plus de 27 ans d’expérience chez Fasken, nomme les 10 erreurs à éviter dans les fusions et acquisitions.

1. Minimiser la planification de la transaction

Souvent, les clients ont tendance à minimiser le temps requis pour compléter une transaction. C’est le rôle des avocats de les informer des efforts à mettre en temps, en argent et en ressource. Ils doivent savoir que c’est un processus intense, demandant et qui requiert une grande rigueur.

2. Ne pas avoir de conseiller financier

Il ne faut pas se fier qu’aux analyses internes. Il est important d’avoir un conseiller pour tout ce qui touche aux aspects financiers de la transaction.

3. Ne pas négocier en amont les « key terms » ou les principaux paramètres de toute transaction dans une lettre d’intention

La lettre d’intention permet de fixer un cadre à l’intérieur duquel les parties vont travailler. Ne pas en avoir peut nuire à la transaction.

4. Ne pas comprendre les motivations du client et l'industrie dans laquelle les parties opèrent

Il est important pour un avocat ou un conseiller d’avoir une connaissance de l’industrie du marché autant au niveau opérationnel que financier. Bien comprendre les motivations du client et de l’industrie permet une meilleure compréhension des enjeux de la transaction.

5. Ne pas considérer les questions et les enjeux reliés aux employés

Il est important de prendre en compte l’intégration des employés dans un contexte d’achat ou de regroupement d’entreprises. Le vendeur souhaite, la plupart du temps, que ses employés contribuent au développement de l’entreprise. Il faut donc le soutenir dans cet enjeu.

6. Sous-estimer le processus de vérification diligente

Le processus de vérification diligente est excessivement important dans une transaction. Avoir accès à une « data room » online peut aider, puisqu’on peut y déposer des documents et plusieurs informations sur la planification de votre transaction.

7. Ne pas travailler en équipe

Il faut être en mesure de travailler en équipe avec ses collègues à l’interne et les autres professionnels impliqués dans la transaction, que ce soit les courtiers, les évaluateurs, les notaires, les comptables, les fiscalistes et même les avocats de l’autre partie. Ne pas travailler en équipe peut rendre complexe la transaction.

8. Ne pas avoir des connaissances de base (et même avancées) en comptabilité et en fiscalité

Cela permet de comprendre plus facilement les structures d’acquisition et les principes sous-jacents aux différents ajustements qui se retrouvent dans des transactions de fusions et acquisitions.

9. Sous-estimer le financement de la transaction

Les professionnels et les clients sous-estiment souvent la complexité et le temps requis afin de mettre en place un financement approprié. Celui-ci nécessite l’implication de nombreux intervenants, ce qui peut prendre plus de temps que l’on peut croire.

10. Adopter un comportement « rigide ou de fermeture »

Cela peut créer des tensions inutiles entre les intervenants. Les relations humaines sont importantes dans le processus et une bonne relation acheteur/vendeur (et entre les professionnels) permet de comprendre les motivations de chacun et d’y répondre dans l’intérêt de tous.

Il faut comprendre la dynamique d’une négociation et inévitablement, il y aura des
compromis à faire. Il est important de créer un climat propice pour compléter la transaction en tentant de répondre aux attentes et préoccupations de tous.
4497

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires