Nouvelles

L’Angleterre veut sanctionner les oligarques, mais craint leurs avocats

Main image

Jean-francois Parent

2022-03-04 12:00:00

Les avocats londoniens des proches de Vladimir Poutine feraient obstacle à l’imposition de sanctions…

Boris Johnson, Ben Bradshaw et David Allen Green. Source: Wikipedia
Boris Johnson, Ben Bradshaw et David Allen Green. Source: Wikipedia
C’est le quotidien britannique The Independent qui a révélé plus tôt cette semaine que les mesures prises par le gouvernement britannique pour sanctionner les oligarques russes se heurtaient à des cabinets d'avocats basés à Londres.

Cette affirmation aurait été faite par la secrétaire aux Affaires étrangères de Boris Johnson, Liz Truss, lors d’une séance d’information tenue à huis clos à la fin du mois de février. Les parlementaires britanniques ont ainsi pu apprendre pourquoi l’Angleterre n’agissait pas plus rapidement dans ce dossier.

La raison : plusieurs grands cabinets comptent des oligarques parmi leurs clients, et le gouvernement doit s’assurer de bien faire les choses en raison de la grande propension au litige des avocats londoniens qui représentent les cibles des sanctions.

Les noms des cabinets ne sont pas rendus public.

Le député travailliste Ben Bradshaw, cité par The Independent, se dit ulcéré par la situation. Ancien ministre et secrétaire sous Tony Blair, Ben Bradshaw exhorte le gouvernement à dénoncer et blâmer les cabinets d'avocats britanniques représentants des oligarques visés par des sanctions. Il ajoute que tous les cabinets d'avocats britanniques représentant des Russes sanctionnés devraient cesser de le faire, ou subir des sanctions eux-mêmes.

Pour l’analyste juridique David Allen Green, cette notion est absurde, car si les avocats de la City réussissent à couler l’action du gouvernement, c’est parce que celui-ci s’y est mal pris, et qu’il n’a que lui à blâmer.
3288

1 commentaire

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Un affrontement bienvenu !
    La souveraineté du parlementarisme britanique (qui aujourd'hui peut changer un homme en femme, contrairement au dicton bien connu), vs. la non-discrimination sacralisée par le droit anglo-américain!

    Si l'affrontement va jusqu'au bout, on saura enfin si Denis Codère peut croiser un mafieu dans un sous-sol d'église au cours d'un souper-spaghetti, sans être associé à la mafia.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires