Carrière et Formation

Praticien, universitaire et juriste d’entreprise!

Main image

Camille Dufétel

2023-11-10 15:00:00

Droit-inc s’entretient avec le nouveau premier vice-président aux affaires juridiques et secrétaire général d’un groupe… Un avocat aux multiples facettes!

Antoine Leduc. Source: Courtoisie
Antoine Leduc. Source: Courtoisie
Exercer le droit depuis plus de 25 ans au sein de cabinets canadiens renommés, être docteur en droit, avocat émérite au Barreau du Québec, Fellow de l’American College of Mortgage Attorneys, ancien président de l’Association du Barreau canadien pour la division du Québec…

Avoir été par ailleurs professeur, chargé de cours et chercheur associé à la Faculté de droit de l’Université de Montréal pendant une vingtaine d’années… et accepter aujourd’hui un nouveau défi à la tête des affaires juridiques du Groupe Renaud-Bray à Montréal.

La carrière de Me Antoine Leduc n’a, semble-t-il, rien de monotone.

« Le choix de rejoindre Renaud-Bray s’est imposé à moi parce que j’étais l’avocat du groupe durant ma carrière d’avocat praticien depuis environ une quinzaine d’années, explique Me Leduc à propos de sa récente nomination. Blaise Renaud, le PDG, m’a approché ce printemps pour me demander d’aller travailler avec lui dans l’entreprise parce que je faisais déjà beaucoup de travail pour les différentes sociétés du groupe Renaud-Bray. »

Il ajoute qu’étant donné la croissance de Renaud-Bray, le PDG a estimé que le temps était venu de créer un département des affaires juridiques au sein du groupe.

« Je considère que c’est un honneur quand un client nous fait confiance pendant des années et qu’un jour il nous demande de se joindre à lui dans une si belle entreprise, pointe Me Leduc. Évidemment, pour un avocat de droit des affaires comme moi, il a fallu que je me pose la question, parce que j’avais une très bonne pratique. Mais quand un client de ce type vous approche, ça vous force à réfléchir. »

Une nouvelle approche

Il ajoute qu’à ce stade de sa carrière, « l’occasion était trop belle de voir autre chose et d’aller vraiment dans l’entreprise ». Notons que l’avocat est loin de se désintéresser de la culture, lui qui est organiste de concert et qui s’implique dans le domaine des arts, en particulier en matière de sauvegarde du patrimoine religieux et culturel.

Ayant été un avocat « à l’extérieur des entreprises » pendant plus de 25 ans, il peut désormais être au cœur d’une société et voir comment celle-ci fonctionne de l’intérieur. « Ça m’a donné ce privilège d’avoir une nouvelle approche, une nouvelle carrière, et je suis très heureux de cette opportunité », se réjouit l’avocat.

Depuis son arrivée en octobre 2023 au sein du groupe Renaud-Bray, il a pour mission d’établir, de créer et de diriger le contentieux du groupe. Il est pour le moment le seul avocat interne. Me Leduc se dit actuellement à la recherche de candidats pour former une équipe. « L’idée n’est pas de faire en sorte qu’on ait un gros département d’affaires juridiques, mais qu’il soit de taille suffisante pour servir les besoins de Renaud-Bray ».

Parmi ses principaux défis, Me Leduc cite le fait de revoir la gouvernance de l’entreprise.

« Renaud-Bray est une entreprise qui comporte plusieurs volets, il y a évidemment les librairies pour lesquelles vous avez peut-être une quarantaine de succursales, le groupe Archambault acquis en 2015, qui a une quinzaine de succursales, on a aussi un certain nombre de magasins de jouets, les boutiques Griffon, les boutiques Tambourin, là aussi, on a à peu près une quinzaine de succursales… »

Il évoque l’acquisition en parallèle de Prologue et cite Pierre Belvédère dans le domaine de la puériculture et de la papeterie fine.

Un réseau de plus de 65 magasins au total, sans compter un nouveau centre de distribution de 320 000 pieds carrés à Boisbriand, sur la Rive-Nord de Montréal.

« À côté, il y a aussi un parc immobilier assez important, ajoute Me Leduc. Donc mes fonctions comme avocat vont être de faire la synthèse de tout ça, d’organiser la pratique interne pour bien servir ces différents aspects, tant au niveau du droit immobilier, que du financement, de la gouvernance corporative, des interventions avec les différents partenaires du groupe dans le domaine de la culture, qu’il s’agisse des gouvernements, des organismes subventionnaires, des services à la communauté... »

Il décrit des mandats très variés faisant appel à tout ce qu’il a fait jusqu’à présent dans sa carrière. Il estime que ce nouveau rôle va également lui permettre d’élargir sa palette. « Ça va être aussi de voir les opportunités d’affaires », assure celui qui travaillait auparavant chez Lapointe Rosenstein Marchand Melançon comme associé, chef des groupes droit bancaire et services financiers, immobilier, restructuration, depuis près de six ans.

Il se souvient avoir vécu les années de la pandémie au sein de ce cabinet et croit qu’il s’agit d’ailleurs de la période la plus occupée de sa carrière. Me Leduc tourne cette page avec émotion, mais dit entreprendre ce nouveau défi avec sérénité.

Saisir les opportunités

Il pense qu’il aurait pu continuer sa carrière comme praticien, mais cite Jacynthe Côté, qui a été présidente et cheffe de la direction de Rio Tinto Alcan, aujourd’hui présidente du CA de la Banque Royale du Canada.

« Elle est venue parler aux avocats à la journée du Barreau le 19 juin dernier et nous a rappelé qu’à un moment donné, dans notre carrière, on a des occasions comme ça qui nous sont offertes. Elle connaît des gens les ayant refusées et qui après, l’ont regretté. Pour elle, il ne faut pas se laisser arrêter en ayant l’impression de plonger dans l’inconnu. Il faut sauter sur l’occasion et je pense que c’est un peu ce que j’ai décidé de faire, même si ça vient avec son lot d’enthousiasme, mais aussi d'inquiétude ».

Pour lui, l’inquiétude fait de toute façon partie de l’expérience.

Si Me Leduc ne travaille plus aujourd’hui à l’Université, il continue ses recherches et ses publications. Il poursuit également des collaborations avec différents collègues de l’Université de Montréal, et pour lui, « il n’est pas dit qu’il n’y aura pas de l’enseignement à nouveau dans les années à venir ».

Des personnes comme Me Michel Deschamps, qui enseigne le droit bancaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal et qui est aussi avocat chez McCarthy Tétrault, lui ont transmis cette passion, « cette vision d’être le meilleur praticien possible pour ses clients tout en continuant à se former durant sa carrière et à former les autres ».

Au long de sa carrière, Me Leduc s’est distingué en droit bancaire et des services financiers, en financement, en droit immobilier, de la construction et de l’énergie, en droit de la faillite, de l’insolvabilité et de la restructuration, ainsi qu’en litige commercial. Il a aussi pratiqué en droit du commerce et du développement international, et dans le domaine des fusions et acquisitions.

« Quand je suis devenu avocat au milieu/fin des années 90, c’était la récession, rappelle-t-il. On engageait principalement des avocats dans le domaine de l’insolvabilité, de la faillite. Dans les cabinets où j’ai travaillé, nous représentions principalement des institutions financières. »

Il a ainsi d’abord commencé comme avocat en insolvabilité et en droit bancaire général. Cela lui a ouvert des portes notamment en droit immobilier, en droit de la construction, en droit de l’énergie… Il s’intéresse par ailleurs de près à la finance durable.

Il espère pouvoir aider l’entreprise Renaud-Bray à aller encore plus loin. « Ils sont dans le cœur des Québécois depuis longtemps, donc je suis content de m’intégrer à cette entreprise pour poursuivre son élan et j’espère, le consolider ».
3966

1 commentaire

  1. A
    A
    Et candidat conservateur avec Pierre Poilievre (visiblement).

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires