Nominations

Gros coup pour Tremblay Bois!

Main image

Camille Dufétel

2022-12-15 15:00:00

Un cabinet de Québec pige chez un concurrent une associée à qui le droit médical manquait beaucoup. Quel cabinet, quelle avocate ?

Me Valérie Savard. Source: Tremblay Bois
Me Valérie Savard. Source: Tremblay Bois
Le cabinet Tremblay Bois Avocats, à Québec, a recruté fin novembre Me Valérie Savard en tant qu’associée en droit médical et blessures corporelles. Cette Barreau 2008 travaillait pour GBV Avocats depuis près de trois ans.

L’associée dit se pencher sur toutes sortes de mandats, tels que des accidents de travail majeurs, des erreurs médicales, des chirurgies manquées, des vasectomies qui ont mal tourné, des chirurgies mammaires de nature infectieuse, ou des dossiers qui vont avoir impliqué un décès.

« J’ai eu un accueil digne d’une reine! » souligne celle qui se questionnait depuis le début de l’automne sur le fait de se tourner vers le droit médical à temps plein. Chez GBV Avocats, l’avocate travaillait surtout sur des mandats de droit public et de droit de la construction.

« J’ai travaillé avec une équipe qui est exceptionnelle, sur des mandats très stimulants et un type de droit très pointu », précise-t-elle, ajoutant qu’elle parvenait à garder quelques petits dossiers « bonbons » de droit médical, sans toutefois en faire assez.

Ses mandats, « prenants », ne permettaient pas à l’avocate de développer le droit médical comme elle l’aurait souhaité.

Une passion de toujours

L’avocate dit avoir toujours été intéressée par le droit médical et avoir fait une maîtrise en droit de la santé avant même de faire son Barreau. Elle a également été coroner pendant trois ans au sein du Ministère de la Santé publique du Québec.

L’associée, qui a aussi et notamment travaillé chez Fasken et comme avocate pour la Ville de Québec, explique que c’est sa passion pour le droit médical qui l’avait d’ailleurs amenée à cumuler la profession d’avocate et celle de coroner.

« Depuis que j’avais terminé mon dernier mandat de coroner, je m’ennuyais beaucoup de cette pratique », pointe Me Savard, qui en est venue à la conclusion que la pratique de droit médical la rendait heureuse au quotidien.

L’équipe de Tremblay Bois ont approché Me Savard parce qu’ils cherchaient un senior dans leur équipe pour venir les aider dans leur pratique, dit-elle, évoquant un « timing excellent ».

L’associée précise avoir longuement discuté de son choix auprès de l’associé chez GBV Avocats Me Marc-André Gravel. « Je suis bien contente de ce choix à l’aube de mes 40 ans. »

« Équipe soudée »

Travailler aussi fort avec trois jeunes enfants nécessite d’être certain de faire ce que l’on aime, estime par ailleurs cette fille de médecin qui décrit chez Tremblay Bois Avocats une « équipe soudée », dont des avocats qui « travaillent là depuis plus de 30 ans », et qui dit avoir serré « au moins 80 mains » à son arrivée.

Sa passion pour le droit médical est liée au sentiment de « pouvoir faire la différence dans la vie d’un être humain ».

« Je ne suis pas en droit médical pour trouver la faute, pour trouver le médecin fautif, ajoute l’associée. Pour moi, ce n’est pas ça ». L’avocate estime plutôt que le droit médical permet de faire en sorte que le patient, ou qu’une personne qui s’est blessée, reçoive une indemnisation.

Me Savard tient toutefois à souligner que le droit de la construction comporte aussi un aspect humain. « On travaillait avec des gens qui avaient monté leur entreprise, et avec la pandémie on en a vu certains perdre leur entreprise », remarque-t-elle.

Également adepte de sport, l’associée précise que c’est un grave accident de soccer qui l’a menée à un temps de pause et à une réflexion sur sa carrière, cet automne.

Celle qui a toujours baigné dans le milieu médical et qui décrit ses trois filles comme sa raison de vivre l’affirme, elle est avant tout « une amoureuse de la vie ».
5002

1 commentaire

  1. A
    A
    Plate à mort comme domaine.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires