Nouvelles

Décès d’un grand bâtisseur

Main image

Didier Bert

2023-06-15 15:00:00

Cet ancien bâtonnier de Montréal a été un avocat plaideur reconnu. Il s’est éteint.

Vincent O’Donnell n’est plus... Source: Lavery
Vincent O’Donnell n’est plus... Source: Lavery
Vincent O’Donnell s’est éteint à l’âge de 82 ans.

Deux ans après avoir obtenu un baccalauréat en droit de l’Université McGill, l’avocat a rejoint en 1957 le cabinet Tansey, de Grandpré & de Grandpré, qui deviendra plus tard Lavery.

Me Vincent O’Donnell accomplit toute sa carrière chez Lavery, soit plus de 50 années d’exercice, en se spécialisant en responsabilité professionnelle, dans le litige commercial et civil, les recours en cas d’abus et le droit des assurances.

L’avocat a plaidé des causes majeures qui ont fait jurisprudence dans le domaine des assurances, de la responsabilité professionnelle et d’actions collectives. Il a plaidé à une douzaine de reprises devant la Cour suprême du Canada.

Par exemple, en 1984, Me Vincent O’Donnell fait évoluer la jurisprudence en matière de vice de construction qui se manifeste graduellement, dans l’affaire Desgagné v. Fabrique de la paroisse St-Philippe d’Arvida, qui se rend devant la Cour suprême, rappelle Me Nicolas Gagnon, associé chez Lavery. « Il ne se passe pas une année où je ne réfère pas à cet arrêt de la Cour suprême qu’il avait plaidé », souligne Me Gagnon.

Dans l’affaire Bre-X, une fraude gigantesque autour d’un prétendu gisement aurifère en Indonésie, Me O’Donnell a mené une équipe de Lavery qui a défendu avec succès SNC-Lavalin face à plusieurs actions collectives dans plusieurs pays.

Chez Lavery, Me O’Donnell affirmait discrètement, mais fermement ses valeurs. « Il ne tapait pas du poing sur la table, mais son regard et sa façon d’être ne laissaient pas d’options », dit Me Gagnon.

L’avocat se rappelle son arrivée chez Lavery en 1991. « Il m'impressionnait par son sérieux, ses commentaires courts et précis. Même sénior, il participait à toutes les réunions hebdomadaires. Pour nous, jeunes avocats, c'était très enrichissant de l’écouter… Quand on parlait à un monument comme lui, on était intimidé, mais lui restait accessible. »

Au-delà de ses compétences juridiques, Me O’Donnell a toujours fait preuve d’un grand sens de l’intégrité, et de loyauté avec ses adversaires. « Il existe plusieurs types d'avocat, lui n'a jamais fait de compromis avec l’intégrité », salue Me Nicolas Gagnon.

Me O’Donnell a été le bâtonnier du Barreau de Montréal de 1984 à 1985. Il a été membre du Conseil général du Barreau du Québec, du Conseil de la magistrature du Québec et de divers comités du Barreau de Montréal, du Barreau de Québec et de l’ABC. Entre 1990 et 1998, il a siégé au Comité de liaison entre la Cour suprême du Canada et l’ABC. Il en a été le président durant deux années.

Vincent O’Donnell était le président du comité qui a examiné la rémunération des juges de la Cour du Québec et des tribunaux municipaux, de 2001 à 2004.

L’avocat a été membre de prestigieuses associations professionnelles internationales, dont l’American College of Trial Lawyers, l’International Academy of Trial Lawyers et l’International Association of Defense Counsel.

Vincent O’Donnell s’était vu décerner de multiples reconnaissances, comme la médaille du Barreau du Québec. Le Barreau du Québec l’avait nommé avocat émérite en 2007. Il a reçu le prix du président de l'Association du Barreau canadien (ABC) pour sa contribution exceptionnelle à la profession juridique.

En 2013, la section anglophone du Barreau de Montréal a rendu hommage à l’ensemble de sa carrière en lui décernant le premier Lifetime Achievement Award de l’organisation.

Vincent O’Donnell aura inspiré de nombreux jeunes avocats, qui pour certains ont poursuivi leur carrière dans la magistrature.

L’avocat avait pris sa retraite en 2009, 52 années après ses débuts. Il n’avait quitté le tableau de l’ordre que cette année, après 67 années d’inscription. « Me O'Donnell a profondément influencé plusieurs générations d'avocats, qui ont hérité de sa passion pour le droit et de sa rigueur dans la pratique », salue Lavery, par communiqué.

« Les deux qualités qui viennent à mon esprit quand je pense à la carrière de Me Vincent O’Donnell, aux commentaires des avocats séniors ainsi que des juges à son égard, sont sa rigueur intellectuelle et son éthique professionnelle. Il était reconnu pour son éthique qui était inattaquable », salue Me Bernard Larocque, associé chez Lavery.

« Comme homme, au bureau, c’était un avocat qui était discret, qui n’essayait jamais de prendre une place qui ne lui appartenait pas. Il était direct, très exigeant envers lui-même et il attendait la même chose des personnes avec qui il travaillait. Il incarnait et a toujours été un ambassadeur de la valeur d’excellence du cabinet dans tout ce qu’il accomplissait. »

Vincent O’Donnell
Vincent O’Donnell
Anecdotes

Un autre associé de Lavery, Sébastien Vézina, rend hommage au défunt par une anecdote.

« Vincent était une personne remplie d’humilité et de générosité. Appelé à participer à un comité de financement d’un organisme de bienfaisance, il avait gentiment et humblement offert de faire du bénévolat auprès de l’institution. Appréciant le geste de Vincent, l’institution l’avait sensibilisé que son apport devait être d’un autre ordre, et serait amplifié par son cercle d’influence, et que son apport se trouvait plutôt dans la sensibilisation des donateurs potentiels à la cause de l’institution. Cette année-là, la campagne de financement de l’institution a été un franc succès. Sans doute grâce à l’apport de Vincent et de son cercle d’influence. Mais cela, Vincent ne vous l’aurait pas dit. Par humilité. »

Sur LinkedIn, des témoignages saluent le défunt. Anik Trudel, cheffe de la direction chez Lavery, partage une anecdote : « Lorsqu’il était un jeune avocat, Vincent O’Donnell s’est lié d’amitié avec Elizabeth Monk, la première femme à exercer le droit au Québec. Quand Louis-Philippe de Grandpré, un autre bâtisseur de Lavery, fut nommé à la Cour suprême, ce dernier remit à Vincent O’Donnell le bureau de travail en bois d’Elizabeth Monk que, semblerait-il, il a toujours conservé précieusement. »

Brian Riordan, ancien juge de la Cour supérieure et désormais consultant chez Spiegel Sohmer, Brian Riordan, garde en mémoire « un grand juriste et un gentleman bon et noble ».

Nancy Cleman, associée chez Lapointe Rosenstein Marchand Mélançon, salue « un juriste exceptionnel ». Le point de vue est partagé par Marie-Claude Perreault, vice-présidente au Travail et affaires juridiques du Conseil du patronat du Québec, qui rend hommage à « un grand homme que j'ai eu la chance de côtoyer ».

De son côté, Me Irwin Liebman se souvient de Me O’Donnell comme figurant « parmi les conseillers les plus honnêtes et les plus respectables du Canada ». Emil Vidrascu, associé chez Dentons, salue un « grand avocat et homme admirable ! »

Vincent O’Donnell laisse dans le deuil son épouse Beverley, ses quatre enfants, ses six petits-enfants et ses deux arrière-petits-enfants.
5209

2 commentaires

  1. Ancienne collègue
    Ancienne collègue
    il y a 10 mois
    Âge
    Il avait 92 ans.

  2. Aanonyme
    Aanonyme
    il y a 10 mois
    Défaite
    Il a "fait évoluer la jurisprudence en matière de vice de construction qui se manifeste graduellement" en perdant son appel pour l'architecte négligent dans l'arrêt mentionné, ''[https://canlii.ca/t/1zb05|Desgagné c. Fabrique de la paroisse St-Philippe d’Arvida]'', [1984] 1 RCS 19.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires