Course aux stages 2023

De l’UQÀM à Fasken!

Main image

Camille Dufétel

2023-03-28 15:00:00

C'est le grand moment du dévoilement des stagiaires élus dans le cadre de la Course aux stages. Un étudiant de l’UQÀM rêvait de décrocher un stage chez Fasken…

Benjamin P. Gauthier. Source: Fasken
Benjamin P. Gauthier. Source: Fasken
Fasken a dévoilé la liste de ses futurs stagiaires de la cohorte 2025, dans le cadre de la Course aux stages. Au total,18 stagiaires ont été retenus à Montréal, et cinq à Québec.

Parmi ces stagiaires, Benjamin P. Gauthier, de l’UQÀM, rejoindra le bureau montréalais à l’hiver 2025. Lui qui se sent déjà « à la maison » chez Fasken souhaitait précisément rejoindre ce cabinet, « son premier choix ».

Il explique que sa « buddy », en l’occurrence Me Valérie Gareau-Dalpé, associée en droit du travail et de l’emploi chez Fasken, l’a pris sous son aile tout au long de la course.

« Elle m’a fait rencontrer différents associés, différents avocats... J’ai un intérêt pour le droit du travail donc c’était important pour Fasken de me mettre le plus possible en lien avec des avocats dans ce domaine ».

Étudiant en droit à temps partiel au baccalauréat en droit, il suit environ trois cours par session tout en étant conseiller en relations de travail dans une compagnie aérienne qu’il ne souhaite pas mentionner. Il lui reste environ sept cours à suivre.

Il voyait la Course aux stages, « sur toutes les lèvres des étudiants en droit », comme une belle opportunité d’apprendre à connaître les cabinets. « On en entend parler soit en bien, soit en mal, je voulais me faire ma propre opinion », lance-t-il.

Me Valérie Gareau-Dalpé. Source: LinkedIn
Me Valérie Gareau-Dalpé. Source: LinkedIn
Petite Course

La compétition s’est avérée fructueuse pour lui, même s’il estime ne pas avoir fait une grande course, étant pas mal occupé entre son travail à temps plein et ses cours. « C’est un processus qui demande du temps », pointe-t-il, ajoutant que les périodes de black out « font du bien de temps en temps ».

Au moment des candidatures, l’étudiant a ainsi uniquement ciblé quelques cabinets qui l’intéressaient vraiment, dont Fasken. Il avait déjà rencontré des avocats y travaillant.

« Pour moi, c’est important d’avoir un bon ‘fit’ avec les humains derrière le cabinet, et Fasken est vraiment celui qui me rejoint le plus au niveau humain, des relations interpersonnelles et de la culture de l’organisation, notamment en matière de diversité et d’inclusion », souligne l’étudiant.
Pour ses lettres de présentation, il avait échangé avec quelques anciens courseurs, mais les a surtout écrites au meilleur de ses connaissances, sachant qu’il travaille dans le milieu des ressources humaines.

Il a participé à quelques événements de réseautage, autant que possible, mais « pas énormément ». Il a surtout misé sur des contacts déjà rencontrés dans des événements antérieurs, pour bien se préparer.

Il estime d’ailleurs que pour tout étudiant souhaitant participer à la Course, il vaut mieux commencer tôt le développement de ses relations, dès les premiers mois du baccalauréat.

Sans vouloir détailler les cabinets qui l’avaient retenu, l’étudiant précise qu’il avait décroché plusieurs premières entrevues.

« Chaque cabinet a vraiment ses couleurs et c’est très bien, j’ai beaucoup regardé cela sous l’angle des ressources humaines », dit-il. Ayant lui-même l’habitude du recrutement, il se dit surpris par la qualité des entrevues et de la façon dont les candidats étaient mis à l’aise.

À propos de la deuxième entrevue qu’il a obtenue chez Fasken, il explique que ce n’était pas une rencontre « piège », mais que cela visait plutôt à mieux le connaître.

Deux cocktails ont suivi chez Fasken. On lui a par la suite annoncé qu’il avait décroché le stage, après le black out.

Il se dit aujourd’hui content. Mais aussi un peu déçu, en regardant les différentes listes de candidats retenus pour un stage dans différents cabinets, de constater le manque d’étudiants de l’UQÀM. Il ne s’en explique pas la raison.

Ils sont deux étudiants de l’UQÀM à avoir été recrutés chez Fasken, lui et Gabrielle Goodfellow.

Les stagiaires de Montréal

Qui sont donc les stagiaires retenus chez Fasken, à Montréal ? Parmi les courseurs de l’Université de Montréal, il s’agit d’Irina Agossou, de Sandrine Bédard, de Marie Létourneau et de Marie Péladeau.

Pour l’Université d’Ottawa, Daniel Benaroche, Luka Bozic et Iman Diarra ont été retenus.

Du côté de McGill, Fasken a sélectionné à Montréal Tessa Bertucci, Brandon Bonspiel, Emma Bussières, Olivia Desgroseilliers, Priti Majumdar et Karla Tejeda-Iglesias.

À l’Université Laval, Sabrina Di Ciocco.

Gabrielle Gagnon et Anne-Sophie Laurin-Tremblay de l’Université de Sherbrooke rejoignent le cabinet montréalais.

Quant à l’UQÀM, il s’agit donc de Benjamin Gauthier et de Gabrielle Goodfellow.

Les stagiaires de Québec

Pour le bureau de Québec, ont été retenus Edward Boisvert de l’Université de Sherbrooke, Amélie Defoy, Juliette Lanseigne-Moreau et Éloïse Fradette de l’Université Laval, et Raphaëlle Maltais de l’Université d’Ottawa.
6559

1 commentaire

  1. Me
    Me Me
    Très jaloux que Fasken ait recruté Diplo

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires