Nouvelles

Services à l’enfance au Nunavik: action collective à l’étude

Main image

Radio -canada

2023-09-28 13:30:00

Une action collective visant à dédommager les Inuit du Nunavik ainsi que les autochtones vivant hors réserve est présentement à l’étude…

Les déboires des services de protection de la jeunesse au Nunavik sont connus depuis longtemps. Source: Radio-Canada
Les déboires des services de protection de la jeunesse au Nunavik sont connus depuis longtemps. Source: Radio-Canada
Les demandeurs estiment avoir de bonnes chances pour que soit autorisée une action collective qui vise à dédommager les Inuit du Nunavik, ainsi que les autochtones vivant hors réserve, face aux conséquences du sous-financement des services de protection de l’enfance, jugés déficients au Nord-du-Québec.

Des audiences se sont tenues lundi et mardi en vue de cette éventuelle autorisation, qui est l’étape préalable pour que la cause soit débattue entre les parties.

Des avocats du gouvernement du Québec et du Canada étaient présents en début de semaine pour contester l’autorisation éventuelle de cette action collective.

Les avocats qui représentent les demandeurs croient malgré tout que leurs arguments ont été bien entendus par le tribunal.

« Après avoir entendu toutes les représentations, on est plus convaincus que jamais que notre cause d’action est bonne et qu’elle sera autorisée », a souligné un des avocats dans ce dossier, Me Alexandre Brosseau-Wery.

Ils font état d’un service de protection de la jeunesse « discriminatoire » et « déficient » au Nunavik envers les jeunes Inuit qui est favorisé par un sous-financement chronique.

Des problèmes qui ont été soulignés par de nombreux rapports aux fils des ans, tel que celui de la Commission Viens, et qui témoignent de l’ampleur du phénomène dans la région.

Encore aujourd’hui, les jeunes du Nunavik sont grandement surreprésentés à la DPJ par rapport au reste de la province.

Le manque de famille d'accueil fait aussi en sorte que les enfants dans le besoin sont déplacés de nombreuses fois, ce qui nuit à leur développement.

Le manque de services de prévention aurait aussi exacerbé le nombre d’interventions de la DPJ au fil des ans, déplorent-ils.

Presque cinquante ans en arrière

L'action collective vise une période assez large, soit depuis la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975, jusqu’à aujourd’hui.

Le choix de cette date n’est pas anodin, puisque c’est dans ce document que Québec avait garanti aux Inuit des prestations de services équivalentes au reste de la province.

Les demandeurs estiment que le gouvernement québécois n’a pas été en mesure de respecter cette promesse.

Similitudes et jurisprudence

En avril dernier, une entente de 23 milliards de dollars est survenue entre l’Assemblée des Premières Nations et le gouvernement fédéral pour des reproches similaires.

L’entente vise à dédommager les enfants autochtones vivant sur des réserves fédérales, ce qui n’est pas le cas des Inuit du Nunavik.

« C’est pour faire valoir les mêmes droits. Si les Premières Nations sur réserves ont droit d'être indemnisées, les Inuit et les Autochtones hors réserves ont le droit aussi », explique Me Brosseau-Wery, qui indique s’être notamment inspiré de cette cause lors des plaidoiries.

Il faudra maintenant attendre quelques mois avant que le tribunal autorise ou non officiellement l’action collective.

Si elle va de l’avant, les parties vont s’engager dans une longue lutte judiciaire, qui pourrait durer de nombreuses années et possiblement coûter très cher à l'État.

Les demandeurs espèrent toutefois que les gouvernements s’engageront rapidement à combler l’écart qui subsiste toujours entre le service de protection de l’enfance au Nunavik et dans le reste du Québec.
3746

2 commentaires

  1. Zoro
    monde à l'envers
    Donc parce qu'un pourcentage astronomique de familles d'inuits mènent à des agressions sexuelles on veut poursuivre le gouvernement. Intéressant. Peut-être faudrait-il poursuivre cette nation ? OU les parents...

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 mois
    Les wokes adorent les explications mono-causales.
    "les jeunes du Nunavik sont grandement surreprésentés à la DPJ par rapport au reste de la province"


    Il n'y aurait qu'une seule cause à l'origine de cet écart, et il résiderait dans la suprématie blanche.

    - "CQFD", version woke!

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires