Nouvelles

Devenir avocate après une carrière de pianiste : elle l’a fait !

Main image

Camille Dufétel

2023-04-07 15:00:00

Tout comme de grands athlètes changent un jour de carrière, cette pianiste aguerrie est devenue une avocate à vocation tardive qui fait sa place dans ce cabinet...
Me Andrée-Anne Perras-Fortin
Me Andrée-Anne Perras-Fortin
Me Andrée-Anne Perras-Fortin est aujourd’hui avocate, et depuis peu associée, chez Robic à Québec, où elle concentre sa pratique sur le droit des contrats liés à la propriété intellectuelle.

Mais cette réalité n’a pas toujours été la sienne. Il y a quelques années, cette pianiste donnait des concerts sur plusieurs scènes, au Canada et aux États-Unis... Que ce soit en tant que soliste ou que membre d’un ensemble.

« C’était beaucoup de mouvements, c’était une période intense, aussi combinée à de l’enseignement », relève-t-elle. La musicienne enseignait en effet également dans des collèges, des cégeps et des universités.

L’avocate, qui a complété un doctorat en musique au Cleveland Institute of Music et, en 2006, une maîtrise précédée d’un baccalauréat en interprétation du piano à l’Université McGill, n’a pas hésité à rejoindre une autre voie.

Avocate à vocation tardive

Une carrière d’interprète en musique de haut niveau se compare un peu selon elle à celle d’un athlète professionnel. Il faut organiser son hygiène de vie pour mettre beaucoup de temps à la pratique, précise-t-elle, ajoutant que cela implique énormément d’heures d’entraînement.

« Je m’étais vraiment dédiée à cette pratique, je voyageais, je tournais beaucoup aussi, mais j’avais toujours un intérêt pour un autre type de carrière. Plus je me suis avancée dans mes études en musique, plus je me suis intéressée à des aspects de celle-ci dans le volet recherche ».

Des qualités et des aptitudes qui étaient bonnes, d’après elle, pour exercer le droit. C’est ce qui l’a poussée à se tourner vers cette nouvelle carrière. « J’avais besoin de me réaliser sur le plan professionnel, on dirait que j’avais fait un peu le tour du jardin ».

Une dizaine d’années après avoir étudié l’interprétation du piano à McGill, Me Perras-Fortin a ainsi décroché un baccalauréat en droit à l’Université de Sherbrooke.

Me Andrée-Anne Perras-Fortin
Me Andrée-Anne Perras-Fortin
Toujours proche des créateurs

Chez Robic, la Barreau 2017 se concentre non seulement sur le droit des contrats liés à la propriété intellectuelle, mais aussi sur le droit d’auteur et celui des marques de commerce. Elle a aussi une pratique en droit des technologies.

Elle accompagne les entreprises dans la rédaction, la négociation et la révision d’ententes commerciales en lien avec la propriété intellectuelle.

Entourée d’une dizaine de professionnels à Québec, dont des agents de brevet, des avocats et des agents de marques de commerce, elle qualifie sa pratique de généraliste.

« La propriété intellectuelle est tout ce qui protège les actifs intangibles. On a généralement une grande part de créativité, que ce soit au niveau des inventions pures, d’une idée plus marketing, ou de tout ce qui protège les œuvres au sens du droit d’auteur, incluant les œuvres de nature technologique comme les logiciels ou les programmes informatiques ».

Un choix de domaine de pratique qui n’est pas sans lien avec sa précédente carrière... Ce qui l’interpelle le plus étant la proximité avec les créateurs.

Quand Me Perras-Fortin était pianiste, elle était proche des créateurs comme interprète. L’une des tâches importantes de l’interprète en musique étant d’essayer de se coller à l’intention du compositeur.

Elle y voit vraiment une parenté avec sa pratique d’avocate qui est de toujours demeurer près des créateurs pour bien les comprendre, défendre leurs droits et assurer leur protection en propriété intellectuelle, ce qui passe par certaines stratégies.

Devenir avocate plus tard que ses pairs du même âge, c’est donc possible, assure-t-elle, et elle y voit même plusieurs avantages au niveau de la maturité professionnelle.

« Le fait d’avoir eu tout ce bagage, dont le côté affaires dans la négociation pour les concerts, m’a donné beaucoup d’outils dans la profession d’avocate ».

Elle apprécie aussi que Robic soit une firme multidisciplinaire très ouverte aux profils diversifiés. Elle se sent ainsi entourée de collègues ayant « des parcours exceptionnels », comme des doctorats dans des domaines très spécialisés. « Ça nous permet d’offrir un service mieux taillé pour les clients ».



De Lavery à Robic

« J’ai commencé ma pratique en région pour des circonstances familiales », précise l’avocate, qui a débuté sa deuxième carrière chez Lavery à Sherbrooke, en 2017.

Cela n’a d’ailleurs pas été facile pour elle de trouver un cabinet en région ayant une pratique en propriété intellectuelle.

De fil en aiguille, elle a migré vers Québec, sa ville d’origine, en 2020.

« C’est ce qui m’a incitée à joindre Robic parce que j’avais accès à une firme qui ne faisait que de la propriété intellectuelle, alors réputée pour ses publications scientifiques sérieuses, révisées par des pairs. »

Son intégration, en pleine pandémie, s’est faite à 100 % en télétravail, mais selon ses dires, Robic a mis des mesures en place pour être « un champion au niveau de l’accueil des nouveaux professionnels. »

Celle qui a reçu plusieurs prix d’interprétation ainsi que des bourses de recherche, du Conseil des arts du Canada, du Fonds de recherche société et culture du Québec et du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, explique que sa passion pour le piano a commencé très jeune, à sept ans.

Aujourd’hui, Me Perras-Fortin n’a plus vraiment le temps de donner de concerts dans le pays ou aux États-Unis, mais n’a pas abandonné la musique. Elle trouve d’autres façons de s’impliquer.

Elle joue pour le plaisir chez elle, et à l’occasion, dans des événements bénéfices. Elle est aussi administratrice de deux organismes qui lui tiennent à cœur et dont les missions sont dédiées à la diffusion de la musique, notamment le Domaine Forget de Charlevoix.

Elle cite aussi Jeunes musiciens du monde, qui offre gratuitement des cours de musique à des jeunes de milieux très vulnérables.
3007
Publier un nouveau commentaire
Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires