Nouvelles

Des faucons sauvés par un avocat

Main image

Alain Bisson

2011-06-14 15:00:00

Deux jeunes fauconneaux sont nés ce printemps dans un nichoir situé au 32ème étage de la Tour de la Bourse... sous le regard protecteur d’un associé de Fasken Martineau.

Me Jean Masson a développé une passion pour les faucons pèlerins après en avoir vu tournoyer quelques-uns autour de la Tour, où sont situés les bureaux de Fasken, au début des années 1990.

Sous son impulsion, le cabinet s’est associé avec le Centre de recherche et de conservation des oiseaux de l’Université Mc Gill afin d’aménager trois nichoirs à l’étage de la machinerie de l’édifice et de mettre en place un centre d’interprétation au rez-de-chaussée. Ce dernier a cessé ses opérations il y a quelques années, mais Me Masson continue d’être au poste.

En compagnie d’une demi-douzaine de membres du Centre de recherche dirigé par le Dr David M. Bird (!!), Me Masson devait procéder au baguage et à la prise de mensurations des deux jeunes rapaces, hier matin.

Mais le vent et l’âge plus avancé qu’escompté des oisillons ont forcé l’annulation du projet.

« Les fauconneaux ne peuvent pas encore voler mais ils ont commencé à se déplacer autour du nid », a expliqué Me Masson au cours d’un entretien avec Droit-Inc.

« Tenter de les baguer à cette étape-ci serait trop dangereux pour leur sécurité. Ils pourraient tenter de fuir et tomber dans le vide », a ajouté l’avocat.

C’est dommage pour le passionné de volatiles, puisque baguer un fauconneau « est une des plus belles expériences que l’on peut avoir dans la vie. C’est comme un baptême », dit-il.

Me Masson, le Dr Bird et un de leurs protégés
Me Masson, le Dr Bird et un de leurs protégés
Depuis toutes ces années, Me Masson est devenu le Grand-frère des faucons dans le centre-ville de Montréal. Il a son matériel de sauvetage en permanence et intervient lorsqu’un de ses pupilles est en difficulté.

Il y a quatre ou cinq ans, un fauconneau de la Tour de la Bourse a été pris dans un coup de vent, mais il a heureusement réussi à se poser sans heurts sous un arbre de la Place d’Armes, à la grande joie des touristes.

Incapable de reprendre son envol, le fauconneau a dû avoir recours aux bons soins de Me Masson pour retrouver son nid et ses parents.

L’avocat prévoit que la plus récente couvée sera prête pour son premier vol autour du premier juillet.

Avant cette étape, son rôle consiste à acheter le sable qui est changé chaque année dans les trois nichoirs de la Tour, mais il prend du sérieux à partir du moment où les jeunes s’aventurent hors du nid.

« Ils commencent par voler sur de courtes distances, mais comme de vrais adolescents, ils s’excitent un peu par la suite et tentent des expériences plus ou moins heureuses. Parfois, je dois intervenir quand un fauconneau s’écrase et se blesse parce qu’il ne distingue pas encore bien la différence entre le ciel et l’effet miroir des vitres des immeubles. »

Considéré comme une espèce en voie de disparition à la fin des années 1970 à cause des effets dévastateurs du DDT, le faucon pèlerin se porte maintenant à merveille et il est même en état de surpopulation à Montréal, selon Me Masson.

L’année dernière, deux couples se sont disputés ses faveurs et le 32ème étage de la Tour de la Bourse. Les deux ont perdu et les nichoirs sont restés orphelins. C’était la première fois depuis 1994 que la Tour loupait l’occasion d’être le berceau de fauconneaux.

Selon le Centre de recherche du Dr Bird, 249 faucons pèlerins élevés en captivité ont été relâchés le long du fleuve Saint-Laurent entre 1976 et 1990.

La majorité de la population sauvage actuellement présente dans le sud de Canada et l’est des États-Unis est composée de rapaces issus de l’élevage en captivité.

D’après Me Masson, l’oiseau le plus rapide de la planète atteint des pointes de 250 km/h en piqué, ne met qu’un maximum de trois à cinq minutes pour ramener une proie au nid – des oiseaux migrateurs ou des pigeons - et franchit la distance entre la Tour de la Bourse et le mât du Stade olympique en deux ou trois minutes.
12843

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires