Nouvelles

Affaire Duhamel : Deux des accusés resteront derrière les barreaux

Main image

Agence Qmi

2012-01-10 15:59:00

L'ex-copine du champion de poker Jonathan Duhamel restera détenue jusqu'à la fin des procédures. Bianca Rojas-Latraverse n'a en effet pas réussi à convaincre le juge du bien-fondé de sa requête pour remise en liberté provisoire.

« Son rôle de maître d'oeuvre est plus important que les exécutants, a déclaré le juge Pierre Belisle, mardi, au palais de justice de Longueuil. En tant que conspiratrice, elle doit assumer ses responsabilités. »

Le magistrat a estimé « peu convaincantes » les explications de la femme âgée de 20 ans, qui avait dit être intéressée par le droit, avant d'annoncer avoir participé à une journée portes ouvertes dans une école de danse de Boston le mois dernier.

« Je n'ai guère été impressionné par son témoignage », a résumé le juge.

Elle avait récemment été condamnée à des travaux communautaires pour une affaire de conduite avec facultés affaiblies à Ottawa, mais ne s'était jamais présentée devant son agent de probation.

Le 21 décembre dernier, elle aurait comploté pour commettre une agression au domicile de Jonathan Duhamel. En plus de le tabasser, deux individus lui auraient dérobé plus de 160 000 $ en argent comptant, une montre Rolex valant 10 000 $ et son bracelet de champion du monde de poker.

Le deuxième coaccusé, John Clark-Lemay, restera lui aussi détenu pour la durée des procédures. Le juge a tenu compte du fait qu'il avait omis de se présenter deux fois en cour municipale, en plus d'avoir eu un « parcours chaotique » depuis 2006.

Leur présumé complice, Anthony Bourque a quant a lui été remis en liberté. Il devra résider chez son père et verser une caution de 5000 $.
7098

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires