Élections Barreau 2015

«Je serai à la hauteur»

Main image

Emeline Magnier

2015-06-01 15:00:00

Le chemin jusqu’à la présidence de l’Ordre n’aura pas été sans détour pour la vice-présidente du Barreau. Elle revient sur la campagne, les élections et son mandat...

Me Lu Chan Khuong a été élue bâtonnière du Barreau du Québec
Me Lu Chan Khuong a été élue bâtonnière du Barreau du Québec
Il y a plus d’une semaine que Me Lu Chan Khuong a été élue bâtonnière du Barreau du Québec. La vice présidente de l’Ordre et associée du cabinet Bellemare avocats de Québec l’a emportée sur son confrère Me Luc Deshaies, associé chez Gowlings à Montréal.

Sur les 10 686 membres de l’ordre qui ont exercé leur droit de vote lors du scrutin électronique, 6539 ont choisi Me Khuong, soit 62,1% des votes.

Malgré un emploi du temps très chargé, elle a accepté de répondre aux questions de Droit-inc.

Droit-inc : Vous avez récolté plus de 62 % des voix. Avez-vous été surprise du résultat ?

Me Lu Chan Khuong : Je suis très heureuse, je ne m’attendais pas à un tel résultat même si je savais que j’avais de bonnes chances. J’ai sollicité beaucoup de petits bureaux, les avocats qui souvent s’impliquent moins et ça a répondu. C’est un mandat fort, les membres veulent que j’ouvre la fenêtre et que je laisse le vent rentrer. J’ai l’intention de livrer.

Le taux de participation s’élève à 44,5%. Qu’en pensez-vous ?

C’est un bon taux, lors des élections précédentes, on se situait autour des 30%. C’est un défi d'intéresser les gens, d’aller les chercher et qu’ils restent présents au Barreau. Le vote électronique est l’un des facteurs qui y a sans doute contribué. Le fait que la campagne se soit déroulée dans l’espace public a aussi joué. Les membres m’en ont beaucoup parlé et la campagne a rejoint aussi les citoyens. Je voulais qu’ils sachent ce que nous voulons faire de notre ordre, car ils sont aussi concernés. La justice est l’un des piliers de notre société, chaque fois qu’on accomplit quelque chose, il y a un acte juridique derrière. Certaines personnes m’ont même dit que la campagne était plus intéressante que la course à la chefferie du Parti Québécois ! (rires)

Qu’avez-vous fait depuis l’annonce de votre élection ?

Je voulais me reposer mais je suis une hyper active alors c’est difficile. La campagne était très prenante, j’ai bronzée à la lumière des néons et bu beaucoup de café (rires), mais c’était une belle expérience. Je ne suis pas encore en fonction (NDR: la passation de pouvoirs aura lieu lors du Congrès du Barreau du 10 au 12 juin à La Malbaie) et je suis toujours la vice-présidente. Je me dédie à cette fonction que j’occuperai jusqu’au bout. J’ai aussi parlé à mes clients que je dois accompagner. Il faut fermer leur dossier ou les référer à d’autres confrères pour la suite.

Pendant la campagne, vous avez écrit deux fois au comité électoral pour déposer une plainte. Quel regard portez-vous sur la période électorale ?

C’était une première, le Barreau a fait son possible avec ce qu’il avait. Il faut se donner une chance mais il faudra qu’il y ait un « post mortem ». Le comité électoral devra se pencher sur ce qui n’a pas fonctionné. La période de scrutin était trop longue, et pour la première fois nous n’avons pas pu faire de publicité dans le Journal du Barreau. Donner l’adresse de tous les membres aux candidats c’est peut-être trop, on peut solliciter autrement.

Envoyer les deux rappels quelques jours avant la fin du scrutin n’est pas non plus idéal. Certains avocats sont à l’extérieur ou en procès. En recevant le rappel, d’autres n’ont pas compris parce qu’ils avaient déjà voté. Il faut faire sortir les votes, c’est un exercice démocratique et plus il y a de votes, plus on connaîtra la volonté des membres.

Parmi les 11 administrateurs élus qui vont vous entourer, on retrouve sept avocats qui faisaient partie de l’équipe de Me Luc Deshaies. Comment envisagez-vous les réunions du conseil ?

Je vais tendre la main à tous, je crois en l’indépendance des administrateurs. Nous allons travailler ensemble et ça va bien aller. Ils sont tous très investis et je n’ai pas de crainte. Je les ai rencontrés et je n’ai rien senti qui laisse croire que je vais devoir me battre et imposer une vision. Ils sont contents d’être là et veulent travailler pour le Barreau. Ce n’est pas notre égo qui prévaut mais la mission de l’Ordre et on va tous contribuer.

Vous êtes la première femme issue d’une minorité à être élue à la tête de l’Ordre. Qu’est ce que cela représente pour vous ?

Ça envoie un message d’ouverture, je dénote clairement avec les visages des derniers bâtonniers (rires). Cela indique aussi aux gens issus de minorités que tout est possible. Je veux aller rencontrer les avocats africains, asiatiques, haïtiens et évoquer avec eux les difficultés qu’ils rencontrent. Il faut briser les murs et je serai à la hauteur. Je suis la première, je ne peux pas faire d’erreur sinon la situation va régresser.

Quels vont être vos premiers chevaux de bataille ?

Ma préoccupation première sera les finances ce qui passe par la baisse de la cotisation et de la prime d’assurance responsabilité. Je veux aussi me pencher sur la situation des jeunes, sur l’accès à la justice et sur la reconnaissance du travail probono au titre de la formation professionnelle jusqu’à concurrence de 15 heures. Et bien sûr, la baisse de mon salaire ! Je vais le proposer au conseil d’administration. Je l’ai promis, je vais travailler dans ce sens.
4555

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires