Nouvelles

L'action collective contre l’aéroport de Montréal autorisée

Main image

Delphine Jung

2018-04-06 14:30:00

Des citoyens se plaignent des nuisances sonores de l’aéroport Pierre-Eliott Trudeau...

Me Gérard Samet qui représente la demanderesse
Me Gérard Samet qui représente la demanderesse
Le groupe de citoyens réuni en collectif baptisé « Les Pollués de Montréal-Trudeau » affirme souffrir de « nuisances sonores excessives et dangereuses pour la vie humaine et provoquées par le trafic aérien de l’aéroport Montréal-Trudeau », peut-on lire dans le document de la Cour supérieure dont Droit-inc a eu copie.

Me Catherine Lussier de BLG
Me Catherine Lussier de BLG
Le recours collectif a été autorisé par la juge Chantal Tremblay le 5 avril. Pour Me Gérard Samet, de Municonseil avocats, qui représente la demanderesse, il s’agit d’« une grande réussite à l'égard d'une activité fédérale ».

Mes Jean St-Onge, Catherine Lussier et Ève Gaudet de BLG, représentent les intérêts de l’aéroport.

Me Jean St-Onge de BLG représente les intérêts de l’aéroport
Me Jean St-Onge de BLG représente les intérêts de l’aéroport
Mes Joëlle Boisvert et Mylène Lemieux de Gowling WLG représentent quant à elles Nav Canada, une société privée à but non lucratif, qui est chargée du contrôle sécuritaire du trafic aérien civil dans l'espace aérien canadien, ainsi que du soutien à la planification des vols.

Me Ève Gaudet de BLG
Me Ève Gaudet de BLG
Les demandeurs souhaitent faire déterminer « les normes de bruit applicables et les mesures d’atténuation à respecter en lien avec l’exploitation de l’aéroport Montréal-Trudeau », peut-on lire encore.

Ils veulent ensuite que l’aéroport mette en œuvre des mesures pour respecter ces normes et atténuer les conséquences sonores du trafic aérien diurne. Ils veulent également obtenir le rétablissement d’un couvre-feu rigoureux nocturne.

Me Joëlle Boisvert de Gowling WLG représente Nav Canada
Me Joëlle Boisvert de Gowling WLG représente Nav Canada
Pour appuyer leur demande, le groupe de citoyen a fait évaluer, par des stations de mesure du bruit, les nuisances. « Les niveaux sonores instantanés dépassent régulièrement les 75 dB, de jour comme de nuit », lit-on.

De son côté, la défenderesse a estimé que le degré de sensibilité au bruit est propre à chacun.

Me Mylène Lemieux de Gowling WLG
Me Mylène Lemieux de Gowling WLG
Les citoyens visés par ce recours sont ceux qui estiment se trouver dans un couloir aérien d’approche et de décollage. Un périmètre précis a été déterminé par la juge.

Le Tribunal a décidé que la demanderesse a démontré une cause défendable.
9008

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires