Nouvelles

Pourquoi les avocats français sont-ils en grève?

Main image

Florence Tison

2020-02-05 07:00:00

Les avocats de la France se battent depuis maintenant un mois pour conserver leur régime de retraite, et c’est l’impasse dans les négociations. Résumé de la situation.

Hélène Fontaine. Photo : Site Web de la Conférence des bâtonniers
Hélène Fontaine. Photo : Site Web de la Conférence des bâtonniers
Le gouvernement français a déposé le 24 janvier dernier en Conseil des ministres son projet de loi pour un système universel de retraite. Un projet qui ne fait pas l’affaire de tout le monde, et surtout pas des avocats.


Les avocats français multiplient les coups d’éclat depuis un mois. Ceux de Bordeaux reprennent ici à leur sauce la chanson de Yelle À cause des garçons, qui devient À cause de Macron.
Source : YouTube/AFP.

Le projet de réforme prévoit de doubler les cotisations pour les avocats gagnant moins de 40 000 euros par an, alors que les pensions passeront d’un minimum de 1 400 euros à 1 000 euros, indique Le Point.

Nicole Belloubet. Photo : Site Web du Conseil constitutionel
Nicole Belloubet. Photo : Site Web du Conseil constitutionel
La réforme des retraites signerait aussi la fin du régime spécial des avocats : une caisse gérée par la profession elle-même. Le régime universel de retraite par points absorberait cette caisse de retraite de deux milliards d’euros.

L’objectif, c’est que tous les Français profitent éventuellement de pensions plus élevées grâce à ces cotisations.

« Cette réforme des retraites est la goutte d'eau qui fait déborder le vase », affirme à TV5 la présidente de la Conférence des bâtonniers Hélène Fontaine, qui représente les barreaux des régions.

En effet, les avocats français mènent d’autres combats depuis des années :
  • pour une hausse de la rémunération de l'aide juridictionnelle, qui permet aux plus démunis d'être défendus par un avocat;

  • contre la généralisation de la visioconférence à l'audience;

  • contre les « box vitrés » qui briment la présomption d'innocence;

  • contre la réforme de la justice portée par la ministre de la Justice Nicole Belloubet, dont les premières mesures entraient en vigueur en janvier, et que plusieurs dénoncent comme la « privatisation » de la justice.



Les avocats de Caen jettent leur robe devant la ministre de la Justice Nicole Belloubet.
Source : YouTube/Le HuffPost.

La grève a gagné l’ensemble des barreaux de la France. Des centaines de procès sont ajournés par les tribunaux paralysés, au risque de dépasser les délais de jugement.

« Cette profession n'a jamais été aussi proche de la rupture avec le gouvernement », déplore la présidente du Conseil national des Barreaux (CNB) Christiane Féral-Schuhl.

Les avocats moins nantis écopent

En France, il y a présentement le double d’avocats qu’il y a 25 ans, révèle Lesechos.fr (68 464 en 2019 contre 29 368 en 1995), un nombre qui augmente de 3 à 4,5 % à chaque année.

Christiane Féral-Schuhl. Photo : Wikipédia
Christiane Féral-Schuhl. Photo : Wikipédia
Pourtant, la situation financière des avocats français ne semble pas si mal. Sur la même période, leurs bénéfices triplaient, passant de 1,5 milliard d’euros à 4,4 milliards… mais pas de façon égale pour chacun.

La moitié des bureaux d’avocats en France sont des cabinets individuels, qui ne génèrent que 7 % des 4,4 milliards. Les cabinets de 15 avocats et plus représentent quant à eux 3 % des bureaux, mais 41 % des revenus de la profession.

« Ce sont ces avocats les moins nantis qui font trois heures de route pour aller voir un détenu, qui, en plus d'être impactés par les réformes incessantes, vont être les premiers concernés par la réforme des retraites », souligne un bâtonnier à Les Echos.

La grève coûte cher aux jeunes avocats, qui font état de revenus coupés de deux-tiers en janvier, mentionne TV5.

La profession risque maintenant de voir disparaître une forme d'exercice de la défense, ce qui révolte tous les avocats.

« La défense de l'humain ne doit pas disparaître. Les avocats sont déterminés contre une réforme qui passe en force », scande la présidente du CNB Christiane Féral-Schuhl.

Un vote cet été

La discussion du projet de loi ordinaire devant l’Assemblée nationale devrait débuter le 17 février prochain, indique Lafinancepourtous.com. Le vote définitif devrait avoir lieu à l’été 2020.
3121

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires