Nouvelles

Costco : 150 000 $ pour une femme qui a chuté sur un plancher mouillé

Main image

Radio -canada

2020-03-10 13:15:00

Dans sa décision, la juge estime que la destruction de certains documents par Costco est louche...

La juge Johanne Brodeur. Photo : Archives Droit-inc
La juge Johanne Brodeur. Photo : Archives Droit-inc
Costco devra payer plus de 150 000 $ à une femme qui a chuté sur le plancher mouillé de son magasin de Boucherville, en Montérégie, et qui a subi une déchirure complète des tendons de l'épaule droite.

Le magasin a commis une faute, conclut la juge Johanne Brodeur de la Cour supérieure dans sa décision rendue fin février.

La demanderesse, Gisèle Pominville, était représentée par Me Denise Boulet de Boulet Blaquière. Costco a fait appel à Me Jocelyn Aucoin de Clyde & Co.

L'accident s'est produit le 5 septembre 2014. Ce jour-là, en fin de journée, a lieu un violent orage. La pluie cesse quelques instants avant que Mme Pominville, âgée de 57 ans, et son conjoint n'arrivent au magasin Costco.

Elle n'a le temps de faire que quelques pas et chute dans l'entrée du magasin.

Le personnel lui prête rapidement assistance. Mme Pominville est sonnée et rapporte d'importantes douleurs à l'épaule et au cou.

Me Denise Boulet représentait la demanderesse. Photo : LinkedIn
Me Denise Boulet représentait la demanderesse. Photo : LinkedIn
Son conjoint arrive près d'elle, s'agenouille et place sa main sous sa tête. Il affirme qu'elle a les cheveux mouillés et qu'une lisière d'eau est visible entre ses jambes. Lorsqu'il se relève, il remarque que son propre avant-bras, ses genoux et sa main sont mouillés. Il précise que le sol était humide.

Costco soumet n'avoir commis aucune faute d'entretien ni de sécurité et prétend que Mme Pominville est responsable de son accident, car elle portait des « gougounes » au moment de l'accident, des chaussures que le détaillant estime inadéquates.

Document manquant

Pour déterminer si Costco est fautif ou pas, la juge Brodeur tente d'évaluer ce qui a été fait comme entretien ce jour-là.

Le magasin allègue avoir mis en place une procédure de ronde de vérification des lieux effectuée par ses employés, et ce, à chaque heure. Or, ce registre n'a pas été présenté au procès. Costco dit ne les conserver que trois ans. Pourtant, il savait qu'une poursuite avait été intentée dès 2016.

« La destruction de ce document important est suspecte », écrit la juge.

Puis, aucun employé ayant comme tâche l'entretien du plancher, le jour du 5 septembre 2014, n'est venu témoigner, note aussi la magistrate.

Costco a fait appel à Me Jocelyn Aucoin. Photo : Site Web de Clyde & Co
Costco a fait appel à Me Jocelyn Aucoin. Photo : Site Web de Clyde & Co
Généralement, par prudence, Costco ferme les portes de garage de l'entrée lorsqu'il pleut afin d'éviter que l'eau n'entre dans le magasin. Le 5 septembre 2014, après l'orage, les portes étaient ouvertes.

Aucune pancarte n'avertissait les clients que le plancher était mouillé ou glissant, est-il aussi écrit dans le jugement.

Des moyens inappropriés

La juge écarte de plus l'argument selon lequel la dame portait des chaussures inadéquates.

Elle conclut plutôt que Costco n'a pas pris les moyens appropriés pour prévenir l'accident.

De plus, « polir et lisser un plancher de ciment a eu pour effet de créer à certains endroits mouillés, une patinoire sur laquelle Mme Pominville a chuté », commente-t-elle au sujet des méthodes d'entretien du magasin.

« Costco est tenue responsable du préjudice qu'elle a causé par négligence », est-il écrit dans la décision.

Quant à Mme Pominville, elle n'a pu travailler pendant un certain temps en raison de ses blessures.

Elle réclame des dommages pour sa perte de salaire, les médicaments qu'elle a dû prendre pour la douleur, et ses traitements de physiothérapie. La juge ordonne à Costco de lui verser 155 156 $.
6076

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires