Nouvelles

QTMG Huissiers s’installe à Québec

Main image

Gabriel Poirier

2021-07-05 13:15:00

Après Montréal et Laval, une firme de huissiers se dote d’une place d’affaires à Québec. Rencontre entre la jeunesse et un « old timer »…

QTMG est administré par Guillaume Théberge et Jean-François Beaudet. Source : Courtoisie
QTMG est administré par Guillaume Théberge et Jean-François Beaudet. Source : Courtoisie
QTMG Huissiers s’agrandit.

La firme, qui compte neuf huissiers et des adjoints juridiques, ouvrait récemment un bureau à Québec. Déjà implantée depuis une dizaine d’années à Montréal et à Laval, QTMG compte maintenant partir à la conquête de la Capitale-Nationale.

Administré par Guillaume Théberge, qui cumule 32 années d’expérience, et Jean-François Beaudet, qui complète sa cinquième année dans ce milieu, QTMG compte continuer de se démarquer par la « qualité de son service à la clientèle ».

Droit-inc a parlé avec ce couple d’affaires, union entre la jeunesse et un « old timer »…

Vous ouvrez maintenant un bureau à Québec, après une dizaine d’années d’activités à Montréal et Longueuil. Comment vous sentez-vous ?

Jean-François : Ça s’inscrit dans le développement d’affaires de QTMG Huissier. Nous avons commencé avec un bureau à Montréal, un bureau à Laval et nous sommes maintenant à Québec !

On est très content de s’être rendu là et on espère aller chercher de plus en plus de clientèles, notamment à Québec, pour répondre à leurs besoins.

Pourquoi avez-vous choisi d’ouvrir un bureau à Québec, si vos activités se concentrent à Montréal et Laval ?

Guillaume : les bureaux d’avocats, maintenant, ont des bureaux tant à Montréal qu’à Québec. L’ouverture de notre nouveau bureau répond à une demande de la clientèle. Nous pouvons maintenant répondre aux besoins de notre clientèle montréalaise qui a des bureaux à Québec. Ça fonctionne très bien jusqu’à maintenant, et nous en sommes très contents.

Jean-François : On fait aussi beaucoup d’affaires avec des organismes publics. On ne se le cachera pas, Québec et Montréal sont les deux gros pôles administratifs de la province. Le fait d’avoir des bureaux à Montréal et à Québec, en parallèle, montre à nos clients que nous sommes en mesure de répondre à leurs besoins et de leur offrir un service spécialisé selon leurs demandes, leurs critères et de façon rapide. Nos bureaux améliorent notre vitesse d’exécution.

Avec Québec, nous voulons aussi élargir notre clientèle cible en allant chercher de plus en plus de mandats sans pour autant sacrifier la qualité de notre service à la clientèle.

Avant d’ouvrir à Québec, nous devions transmettre certains mandats à d’autres bureaux de huissiers de la Capitale-Nationale, nos correspondants. Maintenant, nous pouvons gérer les procédures de « a à z », appliquer les frais que nous pouvons appliquer tout en agissant de la façon la plus avantageuse possible pour le client. Notre nouveau bureau nous permettra notamment de diminuer les frais pour nos clients, par exemple au niveau des frais de kilométrage.

Vous disiez au début de votre réponse que votre bureau de Québec roule bien. Vous êtes satisfait de vos débuts ?

Guillaume : Ça se présente bien, mais disons-le : rien ne se fait sans travail. Ce n’est pas parce que QTMG est « quelqu’un » à Montréal que nos activités vont fonctionner à Québec.

Pour le moment, nous continuons de développer notre réseau, d’échanger avec des avocats et des firmes établies à Québec. Je m’efforce de développer notre réseau dans la Capitale-Nationale pour leur montrer que nous sommes bel et bien disposés à travailler avec eux. Il faut mettre l’effort, et c’est normal, car ça ne viendra pas tout seul.

Comment vous organisez-vous jusqu’à présent ? Un à Québec, l’autre à Montréal ?

Guillaume : Oui, exactement. Je suis à Québec, car je n’ai pas besoin d’être à Montréal. De son côté, Jean-François, qui est plus établi à Montréal d’un point de vue personnel, peut continuer notre développement à Montréal et à Laval.

On communique par e-mail et téléphone pour maintenir le contact entre les bureaux et favoriser la collaboration, par exemple dans le cadre des échanges de procédures.

Jean-François : à la base, QTMG, c’est Guillaume. Je suis arrivé un peu plus tard, en 2016, avec l’arrivée du nouveau Code de procédure civil. J’ai pu contribuer à mettre en œuvre les mises à jour et adaptations nécessaires aux nouvelles procédures.

J’ai pris du gallon rapidement, et je suis devenu président… Quand Guillaume et moi avons eu l’idée commune de développer à Québec, nous nous sommes lancés en nous disant que Guillaume était la personne requise pour développer ce projet.

De mon côté, avec la gestion de l’étude à Montréal et à Laval (gestion du personnel, gestion du service client) je n’avais pas forcément le temps de me lancer dans un tel projet. Guillaume est vraiment la bonne personne pour développer notre réseau et contribuer à notre expansion.

Et où se situent ces nouveaux bureaux ?

Guillaume : à Montréal, nous sommes près du Stade olympique et du Tribunal administratif du logement, ce qui nous apporte plusieurs clients. Pour Québec, nous avons opté pour des locaux situés dans le même édifice que le Tribunal administratif du logement, près de la Colline parlementaire.

C’est un attrait pour nos clients qui doivent se rendre au Tribunal administratif du logement de Québec.

Jean-François : on est à proximité du Parlement, de cabinets d’avocats et d’autres donneurs d’ouvrages. C’est un plus pour nos activités.

Et où voyez-vous votre étude dans cinq ans ?

Guillaume : d’ici cinq ans, je suis sûr d’une chose : le bureau de Québec va marcher autant que celui de Montréal. On le constate déjà depuis quelques mois, car nous recevons des coups de fil de clients tous les jours. Je pense vraiment que nos activités vont bien se développer.

Qui sait ? On regardera peut-être pour s’installer dans un autre pôle de la province d’ici là ?

Jean-François : À ce jour, il demeure important d’avoir des bureaux. Car sans bureau, il est probable que les clients n'appellent pas pour la simple et bonne raison qu’il tienne compte de l’emplacement des huissiers par rapport au lieu de la signification.

Si tu es à une cinquantaine de kilomètres, par exemple, du lieu de signification ou d’exécution du jugement, ils vont faire appel à celui qui est plus près pour économiser des coûts sur les frais de kilométrage.

Le fait d’avoir des bureaux prouve que nous sommes là pour répondre à leurs besoins, prendre des rendez-vous, répondre à leurs questions, examiner leurs dossiers, offrir un bon service à la clientèle… en plus de leurs offrir des avantages pécuniaires.
3919

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires