Nouvelles

La Maison St-Raphaël devra proposer l’aide médicale à mourir

Main image

Didier Bert

2024-03-12 11:15:53

Mes Jacques Darche, Alexandra Hébert, Julien Boudreault et Katia-Maria Medina. Source: BLG
La Cour supérieure rejette la demande de l'archevêque de Montréal, opposée à l’aide médicale à mourir. Qui sont les avocats?

La maison de soins palliatifs St-Raphaël demeure tenue d'offrir l'aide médicale à mourir à ses patients.

La juge Catherine Piché de la Cour supérieure du Québec rejette la demande de sursis partielle formulée par l'archevêque de Montréal. Celui-ci demandait au tribunal de tenir compte de l'opposition de l'Église catholique à l’aide médicale à mourir, pour exempter la maison Saint-Raphaël de son obligation d'offrir cette option à ses patients.

Mes Olga Redko et Vanessa Ntaganda. Source: IMK

L’Archevêché de Montréal est représenté par Me Jacques Darche, Me Alexandra Hébert, Me Julien Boudreault, et Me Katia-Maria Medina du cabinet Borden Ladner Gervais (BLG).

Les avocats de l’Archevêché avaient déposé un pourvoi contre l’obligation qui est faite à la Maison St-Raphaël, locataire de l’Archevêché, d’offrir l’aide médicale à mourir.

La mise en cause, à savoir la Maison St-Raphaël, était représentée par Me Olga Redko et Me Vanessa Ntaganda du cabinet IMK. Quant au gouvernement, il était défendu par Me Pierre-Luc Beauchesne, Me Brian Nel et Me Marilène Boisvert de Justice Québec.

Mes Pierre-Luc Beauchesne, Brian Nel et Marilène Boisvert. Sources: Archives et LinkedIn

La demanderesse disait faire face à un « dilemme moral insoluble », qui l’oblige à se conformer à la loi alors « qu’administrer un tel soin est contraire aux croyances catholiques ».

« Ce « dilemme moral » est de moindre importance face à l’intérêt public de respecter le droit de choisir son soin et son traitement médical, y inclus le droit de bénéficier de l’aide médicale à mourir », conclut la juge Piché.

Le tribunal rejette la demande, ainsi que la demande d’exemption constitutionnelle spécifique à la Maison St-Raphaël.

930

2 commentaires

  1. Mathieu
    Mathieu
    il y a un mois
    Etudiant
    Parfait! On a pas besoin d'intégristes religieux ici. L'église n'a pourtant pas de dilemne moral quand vient le temps de protéger des pédophiles...

  2. Pas rapport
    Il ne s'agit pas d'intégrisme religieux, mais de croyances protégées par la Charte.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires