Nouvelles

Hausse de 20 % du nombre d’avocats en région en cinq ans

Main image

Radio-canada Et Cbc

2024-04-26 10:15:16

La bâtonnière de la région, Isabelle Gagnon. Source: Radio-Canada / Maude Barriault
La bâtonnière de la région, Isabelle Gagnon. Source: Radio-Canada / Maude Barriault
Malgré l'augmentation du nombre d'avocats, la pénurie persiste dans certains domaines comme l'aide juridique…

Le nombre d’avocats au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine a bondi de plus de 20 % au cours des cinq dernières années, selon le Barreau du Québec. « La situation s’est améliorée, mais on est loin de la coupe aux lèvres », nuance toutefois la bâtonnière de la région, Isabelle Gagnon.

Le territoire du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine compte maintenant 316 avocats, comparativement à 250 en 2019. « Il y a quelques années, on parlait d’une pénurie un peu généralisée d'avocats dans notre section, mais on a connu une augmentation de 20 % en cinq ans, ce qui n’est pas rien », constate Me Gagnon.

L'avocate basée à Bonaventure ajoute toutefois que les besoins sont, eux aussi, en hausse. « C’est sûr que le marché n’est pas saturé. On constate que la demande continue d’augmenter avec le temps. Les bureaux d’avocats, que ce soit au public ou au privé, ont des postes qui ne sont pas pourvus », précise-t-elle.

Me Gagnon cite en exemple le secteur de Matane, qui a perdu plusieurs avocats récemment. « Naturellement, les avocats ne se sont pas nécessairement répartis de façon égale dans tous les secteurs. Il y a encore certains des secteurs qui sont en difficulté », note la bâtonnière du Barreau du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

« Là où on parle vraiment d’une pénurie grave, c’est en matière d’aide juridique », renchérit l'avocate. Des organismes communautaires dénonçaient justement un accès difficile à ce service pour leur clientèle il y a quelques semaines. Le Barreau du Québec est en ce sens toujours en pourparlers avec le ministère de la Justice pour renégocier à la hausse les honoraires d'un avocat en pratique privée qui accepte un mandat de l'aide juridique.

Des mesures pour favoriser le recrutement en région

La bâtonnière du Québec, Me Catherine Claveau. Source: Barreau du Québec
La bâtonnière du Québec, Me Catherine Claveau. Source: Barreau du Québec

Selon la bâtonnière du Québec, Me Catherine Claveau, la hausse du nombre d'avocats dans la région confirme une tendance observée dans l'ensemble de la province. « On dépasse les 30 000 membres au Québec cette année », dit-elle.

Elle tient toutefois à nuancer ces statistiques. « Les membres du Barreau sont très attachés à leur titre, avec raison. Et souvent, ils sont en fin de carrière, mais ils conservent leur titre d’avocat même si leur pratique est ralentie. Ça demeure des données un petit peu difficiles à obtenir », précise Me Claveau.

Quoi qu'il en soit, le Barreau a l'intention de poursuivre ses efforts de recrutement au cours des prochaines années avec la mise en place d'une série d'initiatives, dont la promotion du travail en région dans les cégeps et les facultés de droit.

« Même si on a l’impression qu’il y a plus d’avocats, ça ne veut pas dire qu’il y en a assez pour pratiquer dans différentes petites municipalités ou dans différents domaines », selon Me Claveau.

Le Barreau du Québec lancera aussi au cours des prochaines semaines un guide de rétention des nouveaux avocats en région « qui va viser la réussite de leur intégration et leur rétention », indique la bâtonnière du Québec.

473

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires