Nouvelles

Le Barreau sévit contre la fausse avocate

Main image

Didier Bert

2024-05-08 15:00:35

Megan Lalonde. Source: Instagram
Megan Lalonde. Source: Instagram
La fausse avocate des réseaux sociaux se voit infliger une amende salée par le Barreau du Québec. Récidivera-t-elle?

Une enquête du Barreau du Québec a conduit à dresser un constat d’infraction à Megan Lalonde pour exercice illégal de la profession d’avocat.

Le constat a été produit au palais de justice de Saint Jérôme le 6 mai. Le montant de l'amende s'élève à 7 500 $.

C’est à la suite d’une dénonciation anonyme que le Barreau du Québec a ouvert cette enquête, ayant été informé que Megan Lalonde se présentait à titre d’avocate sur les réseaux sociaux, en usant de pseudonymes et de fausses photos de profil.

Sur Instagram et sur TikTok, Megan Lalonde affirmait être diplômée en droit de l’Université Laval. Elle publiait des photos supposément d’elle-même, prises dans les palais de justice du Québec, y compris en prenant illégalement en photo le juge Thomas Jacques de la Cour du Québec.

Sur LinkedIn aussi, Megan Lalonde a affirmé être avocate en droit criminel et familial au cabinet Solution Avocat à Montréal, ce qui est faux. Ces derniers jours, c’est sur la plateforme Patreon qu’elle s’est présentée comme la «fausse vraie avocate pref du Québec», en demandant des frais de 25,99$ pour avoir accès à du «contenu exclusif».

L'enquête a mené le Barreau du Québec à signifier à Mégane Lalonde un constat d'infraction relativement à un chef d’accusation pour avoir agi « de manière à donner lieu de croire qu’elle était autorisée à remplir les fonctions d’avocat ou à en faire les actes, notamment, en s’annonçant et en prenant verbalement ou autrement le titre d’avocate », indique l’ordre professionnel.

Megan Lalonde s'expose à d'autres sanctions si elle ne met pas fin à l'exercice illégal du métier d’avocat.

« Cette poursuite pénale est une première étape dans la gradation des procédures pouvant être entreprises par le Barreau dont la mission est la protection du public », rappelle le Barreau du Québec.

Me Catherine Ouimet, la directrice générale du Barreau du Québec. Source: X
Me Catherine Ouimet, la directrice générale du Barreau du Québec. Source: X

« Si madame Lalonde persistait, suivant la signification du constat d’infraction, à exécuter des actes qui sont réservés aux avocats, le Barreau pourrait entreprendre d’autres procédures, notamment, en matière d’injonction pénale », prévient l’ordre.

Les sanctions pourraient alors être encore plus lourdes puisqu’elles peuvent inclure une amende pouvant s'élever jusqu'à 10 000 $, des travaux d'utilité sociale et même l’emprisonnement, en cas de refus de se soumettre au jugement.

Satisfait d'avoir pu compter sur une dénonciation dans le cas de Megan Lalonde, le Barreau entend bien faire de même si d’autres cas se présentent. « Ces dénonciations permettent d’accélérer nos enquêtes, de bonifier nos éléments de preuve et, ainsi, de réduire le nombre de victimes potentielles », se félicite Me Catherine Ouimet, la directrice générale du Barreau du Québec.

Droit-inc a tenté de joindre Megan Lalonde, sans y parvenir.

4616

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires