Les réseaux sociaux pourraient vous être d'une aide précieuse pour développer votre pratique.
Les réseaux sociaux pourraient vous être d'une aide précieuse pour développer votre pratique.
Facebook, Twitter, Google+... Peut-être vous sentez-vous dépassé par ces médias qui évoluent toujours plus vite, et vous semblent de toutes façons bien éloignés du monde juridique.

Mais pourtant, alors que vous aimeriez agrandir votre clientèle, asseoir votre réputation et suivre ce qui se fait dans les cabinets voisins, les réseaux sociaux qu’utilisent vos enfants au quotidien seront vos meilleurs - et plus faciles alliés.

Allez, il est l’heure de se mettre à la page ! L’avenir appartient aux avocats 2.0. WebPresence remet donc les pendules à l’heure et démonte 4 idées reçues (et fausses) que la plupart des avocats ont sur les médias sociaux...

1. « C’est une perte de temps »

Certes, beaucoup d’adeptes de Facebook et autres utilisent surtout les réseaux pour poster leurs photos de vacances ou d’assiettes au resto. Mais pas que. De plus en plus d’adultes, et donc de clients potentiels, se connectent chaque jour sur différentes plateformes sociales. C’est donc l’occasion de vous faire connaître… Et aussi de savoir ce qui se dit sur vous et votre cabinet.

2. « Ça ne changera rien à ma clientèle »

Aujourd’hui, un achat se fait d’après deux critères : ce que le client a entendu de son entourage, et ce qu’il a trouvé en faisant une recherche internet. Et cela vaut aussi pour le choix d’un avocat ; il est donc important de contrôler votre image en ligne. En outre, vous construire un profil sur les différents réseaux sociaux pourra vous rapporter des clients, grâce à une visibilité renforcée.

3. « Ce n’est pas la place pour un cabinet »

Une relation de confiance ne se fait pas sur un coup de téléphone, mais elle se construit petit à petit. Ainsi, vous pouvez apporter via les médias sociaux des informations régulières à votre audience, à propos de votre pratique ou de l’actualité qui peut les intéresser. Vous construisez ainsi un dialogue avec eux et apprenez à mieux cerner leurs attentes, tout en entretenant le contact.

4. « Ça demande trop d’énergie »

En effet, garder à jour ses profils LinkedIn, Facebook ou Twitter demande du temps, alors que vous en manquez déjà pour gérer vos dossiers. Mais votre présence en ligne est essentielle à la construction de votre réseau. Partagez-vous donc le travail entre associés ; cinq minutes par jours suffisent… Et elles vous rapporteront gros sur le long terme.