« La dernière fois, on avait déploré la nomination d'un juge qui ne l'était pas. Cette fois-ci, ce sera une exigence. On s'opposera à toute nomination d'un juge qui ne serait pas bilingue », a déclaré le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe.

Il y a deux ans, Stephen Harper avait soumis la candidature de Marshall Rothstein à un comité parlementaire. Tous les partis avaient alors appuyé la nomination de ce juge unilingue anglais à la Cour suprême.

Pas cette fois.

« Pour le NPD, c'est primordial, on doit être bilingue pour être considéré comme juge à la Cour suprême, c'est essentiel », soutient le chef du NPD, Jack Layton.

Pour éviter un possible ressac du côté anglophone, le chef libéral, Stéphane Dion, affirme qu'il n'en tient qu'à Stephen Harper de proposer une nomination bilingue.