Me Pierre J. Dalphond, avocat-conseil chez Stikeman Elliott
Me Pierre J. Dalphond, avocat-conseil chez Stikeman Elliott
Quand il a appris la nomination de Me Suzanne Côté à la plus haute juridiction du pays, Me Pierre J. Dalphond, avocat-conseil chez Stikeman Elliott, n'a pas été « totalement surpris mais totalement réjoui ».

Ami personnel de la célèbre plaideuse depuis plus de 25 ans, il se dit très content pour la future magistrate mais aussi pour la Cour et le pays. « Elle fera une excellente juge à la Cour suprême. Elle est curieuse, créative, coriace si nécessaire et ne se satisfait jamais d'une réponse facile », souligne celui qui a quitté le banc de la Cour d'appel il y a quelques semaines.

Il indique aussi qu'il était nécessaire de rétablir un certain équilibre homme-femme au sein de la Cour. « Plus il y a de diversité sur le banc, plus la cour sera en mesure de comprendre la société. Les femmes ont une approche différente de celle des hommes. »

Comme pour la nomination des juges Yves Pratte, Louis-Philippe de Grandpré, Ian Binnie, le gouvernement fédéral est allé chercher sa candidate directement au sein du Barreau, une pratique justifiée par l'importance d'avoir des magistrats de profils différents, selon Me Dalphond.

« Les juges de la Cour d'appel sont peut-être plus habitués à la collégialité, mais Suzanne n'a aucun problème à travailler en équipe. Elle sait être une leader et un membre d'une équipe sur qui on peut compter.»