Les deux parties se réunissent ce vendredi, sous menace de recours et alors que le syndicat cherche à se renflouer
Les deux parties se réunissent ce vendredi, sous menace de recours et alors que le syndicat cherche à se renflouer
Outré par une attitude qu’il juge « méprisante » et « humiliante » de la part du Conseil du trésor, Me Jean Denis, le président de L’association des avocats et notaires de l’État, dit vouloir donner tout de même une dernière chance à son ministre responsable, Pierre Moreau.

La grève des juristes de l’État dure depuis près de 16 semaines. Il s’agit du conflit de travail affectant le secteur public le plus long de l’histoire canadienne.

Une rencontre est prévue ce vendredi en après-midi. « Selon ce qui ressortira de cette réunion, nous allons réfléchir à la marche à suivre pour la suite des choses », explique Me Jean Denis.

LANEQ a fait une sortie en règle jeudi contre l’attitude du Conseil du trésor, qui selon l’exécutif syndical, s’entête à refuser la négociation de bonne foi. « (Le ministre) Moreau nous dit une chose, mais on dirait que ça ne se rend pas au Trésor, car eux ils nous disent autre chose », déplore Me Denis, qui s’insurge contre l’attitude des négociateurs.

Pierre Moreau aurait évoqué de l’argent neuf pour les juristes, mais au Conseil on aurait balayé la question sous le tapis.

« Ils doivent vraiment nous détester », pour agir de la sorte, dit Jean Denis, qui tente ainsi d’expliquer ce qu’il considère comme une guerre d’attrition livrée par le gouvernement contre ses juristes syndiqués.

Recours contre Québec

LANEQ dit préparer un recours contre Québec, où la mauvaise foi du gouvernement dans cette négociation serait alléguée. Le recours pourrait se faire devant le Tribunal administratif du Québec ou devant la Cour supérieure. Le but recherché « pourrait être un jugement déclaratoire » forçant Québec à négocier sur des bases différentes.

Au conseil du Trésor, on évoquait hier des divergences d’opinion plutôt que de la mauvaise foi. Ce sera d’ailleurs la troisième rencontre, depuis les Fêtes, entre Pierre Moreau et LANEQ.

Recherche d’appuis

Les coffres syndicaux sont à sec, comme le rapportait Droit-inc hier. On est donc à la recherche de sympathisants qui pourraient les renflouer.

« Toutes les associations de procureurs à travers le pays nous appuient », dit Jean Denis, qui ajoute que plusieurs syndicats québécois et d’ailleurs au pays soutiennent LANEQ. « Seuls les procureurs de la couronne du Québec ne nous appuient pas. »

Ces appuis, LANEQ espère les voir se matérialiser en aide financière, afin d’offrir les moyens à ses membres de poursuivre leur grève, si besoin est. « Nous discutons présentement avec le SCFP (la fonction publique canadienne) », fait valoir Jean Denis.

LANEQ n’est affiliée à aucun syndicat.

Assemblée générale extraordinaire

Dans l’immédiat, les temps sont durs pour les quelque 1100 syndiqués qui ont reconduit le mandat de grève pour une période indéterminée.

Il reste que selon la teneur des discussions prévues vendredi avec Pierre Moreau, l’exécutif devra prendre une décision quant à l’avenir.

« Après la réunion, nous allons devoir évaluer s’il faudra convoquer une assemblée générale extraordinaire pour consulter nos membres, selon ce qui ressortira de la rencontre avec M. Moreau. »

Jean Denis dit croire que Québec fait traîner les choses en longueur pour épuiser LANEQ financièrement. « Aussi surprenant que cela puisse paraître, le moral est encore bon. Mais on va réfléchir à tout ça en fin de semaine et annoncer ce qu’on fera lundi », conclut le président.