Me Jacky-Éric Salvant, déjà connu pour avoir été l’un des avocats de plusieurs jeunes du clan Villanueva
Me Jacky-Éric Salvant, déjà connu pour avoir été l’un des avocats de plusieurs jeunes du clan Villanueva
Me Jacky-Éric Salvant, déjà connu pour avoir été l’un des avocats de plusieurs jeunes du clan Villanueva, va porter cette cause dans laquelle il dénonce les pratiques du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) envers les membres des communautés culturelles de Montréal-Nord.

Contacté par le président de la Ligue des Noirs du Québec, Philippe Dan, afin de prendre en charge ce recours collectif, Me Salvant explique que les policiers « se donnent le droit d’aller plus loin dans leur enquête lorsque des Noirs sont interpellés et ce, depuis longtemps ».

Il assure disposer d’une dizaine de témoignages de personnes estimant avoir souffert de profilage racial. « Ce sont tous des cas judiciarisés », dit Me Salvant qui ajoute que les minorités se sentent « sur-surveillées et harcelées », surtout les Noirs.

En janvier, Me Myriam Moussignac et Me Carl-Henry Dominique avaient déjà dénoncé le profilage racial dont seraient victimes certains citoyens. « Deux jeunes avaient finalement été acquittés, car leur arrestation avait été jugée illégale et arbitraire », rappelle Me Salvant.

Déplorant pourtant que la situation n’ait pas évolué depuis l’affaire Freddy Villanueva en 2008, il en appelle à toutes les minorités : « Les Noirs, les Arabes, les Asiatiques, les Autochtones… tous doivent communiquer leur témoignage en prenant contact avec la Ligue des Noirs ».

Il demande au SPVM une compensation monétaire et des actions concrètes : « Sur le terrain, on ne voit pas de changement depuis des années malgré les beaux discours, alors les gens finissent par se tanner. Nous voulons que des formations soient données au sein du SPVM et qu’un programme de dénonciation de ces pratiques soit mis en place en interne ».

Du côté du SPVM, le commandant Jonathan Martel assure, dans une entrevue accordée à TVA Nouvelles, qu’il y a tolérance zéro concernant les cas de profilage racial.