Me Léa Pelletier-Marcotte
Me Léa Pelletier-Marcotte
Me Léa Pelletier-Marcotte rejoint le cabinet NOVAlex après avoir fait son stage chez Lavery. « Il n'y avait pas d'opportunité pour moi là-bas, et j'étais très intéressée par le modèle d'affaires de NOVAlex. Je trouve qu'il donne une valeur ajoutée à la pratique du droit. Ce cabinet me permet de travailler sur de gros dossiers tout en faisant aussi du pro-bono », explique la jeune femme de 30 ans.

C'est ainsi que la moitié de sa journée est consacrée à un dossier de litige pour une grande société et le reste à un dossier pro-bono en litige civil pour un travailleur autonome.

« Mon arrivée à NOVAlex me permet de prendre conscience de l'ampleur de ce qu'implique le fait d'être avocat et les responsabilités qui incombent à notre profession », dit l’avocate, originaire du Lac Saint-Jean.

Me Pelletier-Marcotte a un bac en droit obtenu en 2016 à l'Université McGill. Elle était déjà titulaire d'un bac et d'une maîtrise en droit international et relations internationales à l'UQAM.

« J'ai choisi de poursuivre mes études en droit pour approfondir ce que j'avais fait dans ma maîtrise. J'ai découvert un domaine plus vaste qui m'a vraiment intéressé. J'ai aussi réalisé que je pouvais faire bouger les choses en faisant du droit au Québec et pas forcément à l'international. »

Elle a également été chargée de cours à la faculté de science politique et de droit de l’UQAM et a œuvré auprès d’organismes de défense des droits de la personne, au Québec et au Cambodge. Elle a notamment pris goût à la plaidoirie lors du concours Laskin.

Le cabinet NOVAlex compte désormais quatre avocats. C'est un cabinet d’affaires et une clinique juridique en même temps basé sur un principe simple : pour chaque heure de service juridique facturée, une heure pro-bono à un individu à faible revenu, une OBNL ou une entreprise en démarrage est offerte.