Me Louis Charron
Me Louis Charron
Son père le destinait pourtant à la médecine, et l’a poussé à faire un bac en microbiologie. Mais c’est une carrière juridique que voulait suivre Me Louis Charron. Il a finalement pu faire son bac en droit, à l’Université de Sherbrooke. Il détient également un MBA de HEC Montréal. Il est membre du Barreau depuis 1989.

En avril, il a rejoint l’équipe d’une dizaine d’avocats du cabinet Gilbert Séguin Guilbault où il exerce en droit de l’immobilier et des affaires.

« J’ai longtemps pratiqué en solo et je voulais retrouver une ambiance de travail avec des collègues. J’étais tanné de me sentir isolé. Je trouve le travail d’équipe plus intéressant et plus stimulant », dit-il.

Me Charron a commencé sa pratique au cabinet Grandpré Chait, dans lequel il a exercé pendant 15 ans. Il a d’ailleurs retrouvé certains de ses collègues de Grandpré Chait dans son actuel nouveau cabinet.

Il enseigne également le droit de la preuve à l’école du Barreau de Montréal depuis 2004 et a eu l’occasion, à quatre reprise, d’enseigner le droit des affaires à Phnom Penh, au Cambodge, dans le cadre d’un projet de l’Association canadienne de développement international.

En dehors de son travail, Me Charron est très impliqué dans la communauté LGBT, puisqu’il siège sur le Comité égalité du Barreau canadien et a été le président de la Fondation Émergence qui lutte contre l’homophobie et la transphobie. Il est aussi membre fondateur du groupe de travail LGBT du Barreau.

Faire avancer les droits fait partie de ce qui a poussé Me Charron à choisir cette discipline : « le droit permet de comprendre comment notre société fonctionne. En étant avocat, on peut changer les choses et j’ai tenté de le démontrer au travers de mes actions communautaires. Je fais du droit immobilier et du droit des affaires, mais le droit de la personne, c’est un dada ».