Joël Robuchon et Éric Gonzalez
Joël Robuchon et Éric Gonzalez
Si un soir vous avez envie de séduire ou de faire plaisir à un client friand de grande gastronomie, peut-être devriez-vous songez à L’Atelier, du grand chef français Joël Robuchon, qui célèbre à Montréal son premier anniversaire ce mois-ci.

Car Joël Robuchon, c’est la superstar de la cuisine mondiale. « Un grand chef est quelqu’un qui a trois étoiles ; Monsieur Robuchon est rendu à 31!» dit Jean-Pierre Curtat, directeur du restaurant.

Entrée du resto
Entrée du resto
Le restaurant du Casino de Montréal propose une cuisine faite à 90% de produits québécois ou canadiens. Le chef de L’Atelier de Montréal, Éric Gonzalez, passé auparavant par Altitude, le restaurant du Casino de Mont-Tremblant, et par l’Auberge Saint-Gabriel à Montréal, s’est fait donner carte blanche pour le menu. Il a aussi adapté les recettes de Joël Robuchon à la clientèle d’ici.

« C’est un privilège de collaborer avec le chef le plus étoilé au monde, s’exclame le chef Gonzalez. On travaille avec des produits d’exception, une équipe de grands professionnels qui ont une technique, une ligne de conduite, un esprit de cuisine… Et il faut être le garant de la cuisine du chef Robuchon. C’est que du bonheur! »

Table du resto
Table du resto
L’Atelier, c’est une cuisine maîtrisée, accomplie, de goût, poursuit-il. « L’accomplissement d’une vie de Monsieur Robuchon, de ses voyages et connaissances. » Le chef gère une équipe d’une trentaine de personnes - 85% environ sont des locaux - réparties entre la pâtisserie, la boulangerie et la cuisine.

Gastronomique mais pas guindé

À table, on s’offre le menu expérience à 7 services (150$) ou le menu découverte à 9 services (200$). À la carte, des plats en petites portions, ainsi qu’un menu végétarien, « un best au niveau des légumes », assure Éric Gonzalez : « Ce n’est pas simplement des carottes et des brocolis cuits à l’eau, c’est vraiment un travail sur le produit. On sublime le légume en lui donnant ses lettres de noblesse. »

Tartare de betteraves en duo de pommes à l’avocat, aux pousses de salades, sorbet à la moutarde verte
Tartare de betteraves en duo de pommes à l’avocat, aux pousses de salades, sorbet à la moutarde verte
Côté alcools, Jean-Michel Cartier s’occupe de la sélection des vins : crus locaux et canadiens, champagnes, grands Bourgogne et Bordeaux… On trouve aussi à la carte une sélection de cocktails créatifs qui valorisent notamment les spiritueux locaux.

Si les différents Atelier du monde ont un tronc commun au niveau du contenu et de la signature visuelle, il ne s’agit pas d’une chaîne, souligne Jean-Pierre Curtat. Chaque restaurant a sa personnalité : « Ici, c’est la convivialité. Il faut que l’Atelier de Montréal ressemble à Montréal. On est une destination identifiée sur la planète comme très conviviale et accueillante, et c’était important que ça se traduise ici. »

Le directeur estime avoir « dépouiller » la cuisine gastronomique de son côté guindé et clinquant. « On veut avant tout que les gens soient bien et à l’aise. »

Robuchon trouve par ailleurs qu’il s’agit de son plus bel Atelier, affirme M. Curtat. Le chef français a eu un coup de foudre avec le Québec et ses produits. L’espace comptoir, « un cocon » facilite les conversations. « Venir ici, c’est entrer dans cette bulle de convivialité », assure Jean-Pierre Curtat.

Cerf de Boileau et foie gras en une interprétation « Rossini » à l’élixir de canneberges
Cerf de Boileau et foie gras en une interprétation « Rossini » à l’élixir de canneberges
Au comptoir, on a aussi une vue directe sur le ballet très chorégraphié des cuisiniers et la progression de l’assiette avant qu’elle arrive devant nous. Les tables centrales sont plus appropriées pour les groupes ou les clients qui préfèrent le tête-à-tête. En été, on opte pour la terrasse sur le côté de la lagune, qui donne sur les paddocks de la F1.

Soirée privatisée clé en main

Les restaurants L’Atelier sont rares à travers le monde. Celui de Montréal est devenu une destination en soi, estime Éric Rufer, directeur du développement de la clientèle du Casino. C’est aussi un lieu de choix pour les événements corporatifs des cabinets d’avocats ou les rencontres d’affaires, poursuit-il : « C’est un espace très autonome à l’intérieur du Casino, un endroit à part. »

Blanc de Flétan dans une nage de coquillages anisée
Blanc de Flétan dans une nage de coquillages anisée
En prévenant 3 à 6 mois d’avance, le restaurant peut être réservé au complet pour un groupe d’une trentaine de personnes ou plus, que ce soit le midi, en soirée ou en fin de semaine. « Tout est sur mesure, indique Éric Rufer. On peut personnaliser le menu selon le budget, vous proposer un menu accords mets-vins, ou même accords mets-champagnes pour une expérience encore plus haut de gamme. Nous sommes dans un environnement de divertissement. »

L’ensemble des lieux du Casino peut être privatisé : un groupe commence par exemple sa soirée dans un bar, avant de vivre une expérience de jeu avec un croupier privé puis de poursuivre la soirée à L’Atelier…

Bulle de sucre soufflé au citron-yuzu, sorbet à la coriandre
Bulle de sucre soufflé au citron-yuzu, sorbet à la coriandre
L’équipe du Casino peut ainsi préparer une expérience de A à Z, de l’arrivée de la voiture et tout au long du parcours jusqu’à la sortie. « On a aussi une très grande expertise dans la confidentialité, c’est idéal pour les gens qui veulent venir en toute discrétion. On peut même faire entrer certains clients par l’arrière. On fait notre marque non pas par les noms des gens qui viennent mais par l’expérience client », confie Éric Rufer, qui estime que « L’Atelier offre une expérience gastronomique très unique, qu’aucun autre resto à Montréal ou un autre Atelier ne peut offrir ».


L’Atelier de Joël Robuchon
1, avenue du Casino, Pavillon du Québec - Montréal
514 392-2781