Me Sophie Gagnon, la présidente de Juripop
Me Sophie Gagnon, la présidente de Juripop
La clinique juridique Juripop a été mandatée par une trentaine d’associations, d’organismes, de regroupements et de syndicats du milieu culturel pour mettre en place un guichet unique visant à soutenir les personnes victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle dans le milieu de la culture au Québec.

Ces organismes sont entre autres l’Union des artistes, l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son et l’Association québécoise de la production médiatique.

Ce service devrait permettre d’offrir une solution face au mouvement #MoiAussi et Me Sophie Gagnon, la présidente de Juripop espère pouvoir le lancer vers le milieu de l’été.

Après la vague de dénonciation de l’année dernière, Juripop avait déjà mis en place des cliniques juridiques ponctuelles pour rejoindre les victimes alléguées.
Ce nouveau guichet regroupera en un seul lieu l’ensemble des informations et des ressources mises à la disposition du milieu culturel contre le harcèlement psychologique et sexuel. Une ligne téléphonique et un site internet y seront dédiés.

Il sera géré par un avocat ou une avocate de Juripop embauché à temps plein et offrira des consultations et des avis juridiques gratuits, une analyse de documents ainsi que la rédaction de documents appropriés pour des demandes qui devraient être faites en vertu de la Loi sur l’indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC).

Le bénévole accompagnera également la personne à travers tout le processus criminel, c’est-à-dire de l’enquête policière au procès.

« Le gouvernement a octroyé une enveloppe particulière pour lutter contre le harcèlement et les agressions sexuelles dans le milieu culturel. C’est un milieu dans lequel il y a une asymétrie de pouvoir et souvent de la précarité, ce qui rend les personnes victimes plus vulnérables encore », explique Me Sophie Gagnon, présidente de Juripop.