Me Stéfanny Beaudoin, Marc Queudot, Lucia Flores Echaiz et Louis Chartrand
Me Stéfanny Beaudoin, Marc Queudot, Lucia Flores Echaiz et Louis Chartrand
Me Stéfanny Beaudoin, avocate à la maîtrise en droit et société à l’UQAM, Lucia Flores Echaiz, elle aussi à la maîtrise en droit et société, Louis Chartrand, doctorant en informatique cognitive à l’UQAM et Marc Queudot, candidat à la maîtrise en informatique à l’UQAM composent l’équipe finaliste.

Ils ont participé au Global Legal hackathon qui s’est déroulé du 23 au 25 février à la Faculté de science politique et de droit de l’UQAM. Cet événement s’est tenu simultanément dans plus de 40 villes.

Quatorze équipes ont été sélectionnées pour participer à la grande finale le 21 avril, à New York.

Les quatre élèves de l'UQAM y ont présenté leur projet baptisé « Juridico, votre coup de main juridique ».

« On s’intéressait à l’intelligence artificielle et à son application au droit. Quand on a vu qu’un hackathon s’organisait ici, on s’est dit qu’on allait participer, plus par curiosité que pour gagner », explique Lucia Flores Echaiz, étudiante de 24 ans.

Avec ses collègues, elle a créé en quelques semaines seulement Juridico, une plateforme internet à la fois pour les justiciables et les avocats.

« Le facteur temps était un vrai défi durant le concours. On nous a demandé beaucoup d’éléments techniques ou encore quel serait notre modèle d’affaires », poursuit Me Beaudoin, 32 ans et diplômée en droit de l’Université Laval.

L’équipe est partie d’un double problème : d’un côté celui du justiciable qui a peu de connaissances en droit, qui a peu de moyens financiers, mais qui a au moins un accès à internet et de l’autre côté celui de l’avocat qui pratique en solo, qui accepte les mandats d’aide juridique, mais qui trouve que la gestion de la clientèle est difficile.

Il s’agit de faire gagner du temps à ce dernier et donc de pouvoir lui permettre d'économiser de l’argent. Pour le justiciable, il s’agit de résoudre son problème juridique.

Comment ? Le justiciable écrit avec ses mots son problème sur la plateforme. Puis, plusieurs questions lui seront posées automatiquement pour constituer un genre de dossier à son nom à transmettre à l’avocat avec les informations les plus pertinentes.

« Pour le moment, on se concentre sur le droit au logement, mais on vise aussi le droit familial, pénal ou de la consommation. Et pourquoi pas, étendre Juridico au reste des provinces canadiennes », explique Lucia Flores Echaiz.

Même s’ils n’ont pas gagné la finale (ce sont des Hongrois), les étudiants en retiennent de bons souvenirs. « Nous avons tous été vraiment surpris d’être sélectionnés pour la finale alors qu’on était avant tout là pour essayer », dit Me Beaudoin.

« C’était une expérience enrichissante de rencontrer d’autres gens. Avoir peu de temps pour créer un projet permet de s’y impliquer à fond. On a pu bénéficier d’un bon coaching », ajoute Lucia Flores Echaiz.

L’équipe va continuer de travailler sur ce projet pour offrir une version bêta de la plateforme dès que possible.

Pour suivre les avancées du projet, cliquez ici.