Michael Cohen, a accepté mardi de plaider coupable
Michael Cohen, a accepté mardi de plaider coupable
L'ex-avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen, a accepté mardi de plaider coupable à plusieurs chefs d'accusation de fraude fiscale et bancaire, selon plusieurs médias américains.

L'avocat de 51 ans s'est rendu au FBI et l'accord qu'il a conclu avec les procureurs fédéraux inclut une peine passée derrière les barreaux, a rapporté CNN mardi.

Le tribunal de Manhattan a confirmé qu'une audience était prévue à 16 h pour Michael Cohen.

Ce dernier a accepté de plaider coupable pour sauver des millions de dollars, protéger sa famille et protéger sa réputation, a rapporté Politico, citant une source anonyme.

De tels accords de culpabilité, avec ou sans collaboration avec les enquêteurs, sont courants aux États-Unis lorsque les procureurs disposent d'éléments de preuve suffisants pour espérer obtenir une condamnation en cas de procès.

Ils permettent généralement à l'accusé d'être traité de façon plus clémente et d'obtenir une sentence parfois allégée.

Si l'accord se confirme, il pourrait constituer un coup dur pour le président américain.

M. Cohen a rendu durant dix ans des loyaux services à l'ex-magnat de l'immobilier new-yorkais. Il était loyal au point d'avoir dit un jour qu'il serait prêt à « prendre une balle pour le président ».

Parmi les services rendus au milliardaire, M. Cohen a reconnu avoir payé 130 000 dollars, juste avant l'élection présidentielle de 2016, à l'actrice de films porno Stormy Daniels qui affirme avoir eu une liaison avec M. Trump en 2006 et 2007, en échange de son silence sur cette histoire.

Mais M. Cohen, dont les bureaux ont été perquisitionnés en avril, a ces dernières semaines changé d'avocat et il semble désormais prêt à attaquer de front son ancien client, faisant diffuser en particulier un enregistrement compromettant pour le président.

L'annonce de cet accord pour un plaidoyer de culpabilité intervient au lendemain d'informations du New York Times selon lesquelles les procureurs risquaient d'inculper Michael Cohen pour fraude bancaire et fiscale avant la fin août.

Les inculpations découleraient de prêts obtenus par Michael Cohen pour des sociétés de taxi new-yorkaises dont il est propriétaire, et ne seraient pas directement liées à son métier d'avocat.