Une ex-greffière poursuit un juge de la Cour suprême pour harcèlement sexuel
Une ex-greffière poursuit un juge de la Cour suprême pour harcèlement sexuel
Alexis Marquez, ex-greffière de New York, accuse le juge Douglas E. Hoffman, juge superviseur du tribunal de la famille du comté de New York et juge de la Cour suprême du comté de Bronx, de harcèlement sexuel et de discrimination raciale.

Les faits remontent à l’époque où elle travaillait sous sa gouverne, soit à l’automne 2017. Sa plainte a été déposée devant le tribunal fédéral du District Sud de New York.

À lire: Les juges sont-ils à l’abris du #MoiAussi ?
Cinq erreurs de gestion du harcèlement sexuel

Comme le mari de Mme Marquez est avocat, c’est donc lui, Me Tony Vassilev, qui défendra sa cause devant les tribunaux.

Le passage de Mme Marquez à la Cour suprême de New York aura été de courte durée, Hoffman n’ayant pas chômé avant de débuter sa campagne de séduction. La plaignante affirme qu’il lui posait des questions indiscrètes et lui faisait des avances à peine quelques jours après son embauche.

«Mme Marquez affirme que Hoffman était insistant dans ses questions personnelles et ses conversations avec elle, proposant d’aller dîner avec elle à tous les jours. Elle soutient qu’il lui parlait de ses anciens cas qui impliquaient des actes sexuels, qu’il l’invitait à s’imaginer qu’ils étaient mariés, qu’il lui disait de s’asseoir plus près de lui…», selon ce que rapporte Law.com.

Deux mois après son embauche, Mme Marquez avait clairement demandé au juge de maintenir des rapports strictement professionnels avec elle. Frustré, il lui avait ordonné de se taire et l’avait menacée d’un congédiement, selon AboveTheLaw.com. Décidant d’aborder la situation avec des juristes qui avaient été témoins de certaines inconduites de Hoffman, on lui aurait dit de passer l’affaire sous silence.

L’ex-greffière a donc eu le courage de se tourner vers le directeur des ressources humaines du tribunal pour déposer une plainte contre le juge. Cela dit, sa démarche lui a plutôt valu un transfert et un éventuel congédiement.

En plus des accusations susmentionnées, Me Vassilev a cru bon d’intenter une poursuite contre la Cour suprême concernée, outré par le silence et l’inaction des témoins de l’inconduite du juge. Le nombre de juristes concernés est impressionnant (17) alors que leurs commentaires sur l’affaire sont… plutôt rares!