Stéphanie Kennan, directrice chez Bang marketing
Stéphanie Kennan, directrice chez Bang marketing
Depuis le 17 octobre, la consommation de cannabis à titre récréatif est légale au Canada. Quinze SQDC ont ainsi ouvert au Québec, dont l'une en plein coeur du centre ville.

D'après un sondage de 2016 réalisé par l’American Bar Association et la Fondation Hazelden Betty Ford, sur 3 419 avocats, 10,2 % fument de la marijuana ou du haschich.

Alors gageons que certains avocats consommateurs - ou curieux - ont été tentés de faire un tour sur la rue Sainte-Catherine, s'acheter leur dose de cannabis en toute légalité. Mais est-ce vraiment recommandé ?

«Non, ce n'est pas vraiment conseillé…», dit d'emblée Stéphanie Kennan, directrice chez Bang marketing qui rappelle que les avocats «sont avocats 24 heures sur 24».

Légal mais pas moral

Steve Flanagan, président de Flanagan Relations publiques
Steve Flanagan, président de Flanagan Relations publiques
«Ce n'est pas parce qu'un produit devient légal, qu'il devient moral. On ne peut pas effacer 50 ans de préjugés. Les gens attendent des avocats un niveau d'intégrité et de sens moral très élevé. Leurs faits et gestes peuvent influencer notre confiance», ajoute-t-elle.

Steve Flanagan, président de Flanagan Relations publiques ne partage pas cette analyse. Il pense qu'on ne « jugera pas un avocat s'il fait la ligne devant la SQDC. Il sera plutôt jugé sur son travail et sur la qualité de ses services».

Il estime que cela relève de la vie privée de l'avocat. «C'est la même chose pour un dentiste ou un médecin, ce qu'il fait en dehors de ses heures de travail, ça le regarde», ajoute-t-il.

Pour autant, M. Flanagan admet qu'aucun client n'acceptera que son avocat dégage une odeur de pot pas plus qu'une odeur «de fond de tonneau» d'ailleurs.

Il pense toutefois qu'avec le temps, l'image et la perception du cannabis changera, comme cela a été le cas avec l'alcool.

Les avocats ont plutôt l'image de consommateurs de cocaïne, mais est-ce bien meilleur ?

«Tout est une question d'association. Après avoir consommé du cannabis, tu ne vas pas gagner une médaille. Cette drogue est plutôt associée aux artistes, à la création, tandis que la coke est plutôt associée à la performance. Elle n'est pourtant pas plus acceptable dans l'imaginaire populaire», poursuit Mme Kennan.

Quoi qu'il en soit, les deux experts recommandent que par prudence, les avocats feraient sûrement mieux de se fournir sur internet.