Me Claude Laflamme. Photo : LinkedIn
Me Claude Laflamme. Photo : LinkedIn
Autour du PM on trouve deux cercles de pouvoir.

D’abord son cabinet composé d’une équipe de stratèges issus de la Coalition Avenir Québec et de conseillers de haut niveau qui gèrent le volet politique de la fonction de premier ministre. Ensuite, il y a le ministère du Conseil exécutif qui gère le volet administratif et qui s’assure que les décisions prises par le premier ministre sont «poussées» dans l’appareil gouvernemental.

Dans le cabinet, le chef incontesté est son directeur Martin Koskinen, l’ombre de François Legault depuis 2000.

Mais directement derrière lui dans l’organigramme on retrouve Claude Laflamme. L’avocate a dirigé plusieurs contentieux, dont celui d’Astral Media et de Stingray Digital et elle connaît le premier ministre depuis 1992 alors qu’elle était directrice des affaires juridiques de Transat et que M. Legault était le vice-président finances d’Air Transat.

Me Elyse Pepin-Laporte. Photo : LinkedIn
Me Elyse Pepin-Laporte. Photo : LinkedIn
Si Martin Koskinen est un stratège «macro», Me Laflamme supervise tout ce qui est «micro» dans le cabinet. Aucun détail ne lui échappe. Un professionnel qui transige avec le bureau du premier-ministre a confié à Droit-inc qu'elle «a des yeux derrière la tête. Elle s’assure que toutes les informations stratégiques qui circulent dans les autres cabinets remontent rapidement à celui du premier-ministre. Elle a un contrôle et une connaissance incroyable d’une machine hyper-complexe.»

Une autre avocate occupe un poste stratégique au sein du cabinet, Élyse Pépin Laporte, la directrice de l’administration et de la députation. Elle n’a fait qu’un court saut de sept mois en pratique du droit chez Dagenais, Gagnier Biron avant de devenir en 2014 directrice du bureau de comté de Borduas qui venait d’être gagné à l’arraché par Simon-Jolin Barrette, un jeune avocat qui est le protégé de François Legault qui en a fait son bras droit lors de la prise du pouvoir de la CAQ en 2019.

Me Simon-Jolin Barrette. Photo : LinkedIn
Me Simon-Jolin Barrette. Photo : LinkedIn
Élyse Pépin-Laporte est ensuite passée à l’Assemblée Nationale à titre de directrice-adjointe du service de recherche, un poste névralgique qui l’a mis en contact avec les députés de tous les partis en plus de la familiariser avec les rouages de l’Assemblée. À l’élection de la CAQ elle est vite passée au bureau du premier-ministre d’abord comme directrice-adjointe à la nomination aux emplois supérieurs pour devenir il y a un an directrice de l’administration du cabinet et responsable des relations avec les députés du parti au pouvoir.


Les avocats mandarins

Du côté du Secrétariat au conseil exécutif, qui est en fait le ministère du premier-ministre, les avocats y sont également très présents.

Le numéro deux du Secrétariat est Marc-Antoine Adam. L’avocat de 51 ans détient un baccalauréat en droit civil et un en common law de McGill. Après quatre années de pratique du droit chez Hudon, Gendron, Harris & Thomas il est entré au Secrétariat au conseil exécutif comme agent de recherche en droit, avant de monter un à un les échelons de l’organisation.

Plus bas dans l’organigramme on retrouve Stéphane Dolbec, le secrétaire général associé dédié aux services aux citoyens. Me Dolbec qui a une scolarité de maîtrise en droit constitutionnel a débuté sa carrière comme directeur du cabinet de Jean-Pierre Charbonneau, alors ministre aux affaires gouvernementales. Il a par la suite occupé plusieurs postes au sein de cabinets de ministres péquistes puis est devenu administrateur d’état à la Commission des normes du travail, la CNSST et la Régie du bâtiment avant de faire son entrée au secrétariat.

Me Josée De Bellefeuille. Photo : LinkedIn
Me Josée De Bellefeuille. Photo : LinkedIn
Au même niveau décisionnel que Me Dolbec, on retrouve Josée De Bellefeuille. L’avocate est entrée au gouvernement en 1990 à titre d'avocate à la Commission de la santé et de la sécurité au travail pour ensuite travailler au contentieux de divers ministères. C’est en 2010 qu’elle obtient la promotion qui va la distinguer; directrice des affaires juridiques au secrétariat du Conseil du trésor, un poste qui sera sa passerelle vers la vice-présidence de la Société québécois des infrastructures pour aboutir en 2018 au cénacle de la fonction publique.

Une autre avocate de carrière, Marie-Eve Beaulieu, est secrétaire adjointe à l’éthique et aux emplois supérieurs du Secrétariat. Elle est entrée au ministère de la Justice en 2003 et a gravi graduellement tous les niveaux hiérarchiques avant de faire le saut au Conseil exécutif en 2018.

Me Marie-Josée Thomas. Photo : Radio-Canada
Me Marie-Josée Thomas. Photo : Radio-Canada
Une autre secrétaire générale associée, Marie-Josée Thomas, dirige le secrétariat aux affaires autochtones, qui l’a placé aux premières loges de la négociation de la Paix des Braves 2.0 que le premier-ministre a signé avec la nation Crie cette semaine. Après deux années de pratique privée du droit Me Thomas est entrée à l’Office du crédit agricole et a tracé sa voie à travers divers ministères et organismes. À partir de 2011 elle débute son parcours de sous-ministres, d’abord au ministère du Tourisme, ensuite au ministère de la Famille et enfin celui de la Famille et des aînés avant de faire son entrée au Secrétariat en 2012.

Bref, beaucoup d’avocats et d’avocates dans l’entourage de François Legault!

Cet article a été mis à jour le 20/02/20 à 11h.