Jean Masson est décédé... Photo : Site web de Fasken
Jean Masson est décédé... Photo : Site web de Fasken
Le regretté avocat Jean Masson (1949-2020) est décédé le 1er novembre dernier.

« Véritable pilier du cabinet, Jean a passé la vaste majorité de sa carrière chez Fasken », a souligné le cabinet dans un communiqué à la mémoire de Me Masson.

Le diplômé de l’Université Laval s’est joint à Fasken en 1978, après avoir travaillé à la Société de développement de la Baie James, au Ministère de la Justice du Québec et à Câblevision Nationale.

Se connaissance de la Côte-Nord et son expertise en ressources naturelles lui ont permis au cours de sa carrière de conseiller de nombreuses compagnies minières dans le cadre du Plan Nord.

Mais l’apport au monde juridique du Barreau 1975 ne s’arrête pas là.

« Jean s’est toujours démarqué par son implication exceptionnelle, tant dans le milieu juridique que dans les domaines politique et communautaire, écrit Fasken à son sujet. Jean inscrit d’ailleurs dans sa longue liste d’accomplissements professionnels la codirection du premier projet de partenariat public-privé réalisé au Québec, lequel a remporté plusieurs prestigieux prix pour la conception, la construction, le financement et l'entretien du parachèvement de l'autoroute 25 dans la région de Montréal. »

Me Jean Masson était aussi un fervent partisan du Parti libéral du Québec. Il a même été élu président de la Fédération des jeunes libéraux du Québec en 1970. C’est lui qui a agi à titre de fiduciaire de la Fiducie de commémoration de la mémoire d’ancien premier ministre Robert Bourassa, et c’est encore lui qui a été le principal initiateur de l'érection du monument dédié à sa mémoire sur les jardins de l'Assemblée nationale du Québec.

Par ailleurs, Me Jean Masson a développé une passion pour les faucons pèlerins après en avoir vu tournoyer quelques-uns autour de la Tour, où sont situés les bureaux de Fasken, au début des années 1990.

Sous son impulsion, le cabinet s’est associé avec le Centre de recherche et de conservation des oiseaux de l’Université Mc Gill afin d’aménager trois nichoirs à l’étage de la machinerie de l’édifice et de mettre en place un centre d’interprétation au rez-de-chaussée. Ce dernier a cessé ses opérations il y a quelques années, mais Me Masson continuait d’être au poste. À son bureau, il avait son matériel de sauvetage en permanence et intervient lorsqu’un de ses pupilles est en difficulté.

« Jean était un homme authentique, humain, courageux et déterminé. Personne ne pourra oublier sa compassion, sa joie de vivre et son rire contagieux. Tous et toutes garderont aussi en mémoire son sens de l'engagement, sa loyauté et sa bienveillance », peut-on lire dans l’avis de décès du grand juriste.

« Nous nous souviendrons du modèle d’engagement, de loyauté et de bienveillance que représentait Jean dans notre quotidien », conclut Fasken.

Me Jean Masson laisse dans le deuil sa fille Stéphanie (Martin Marcotte), sa soeur Ginette (Barry Lawrence Smith), son neveu Jean-François Prieur et son filleul Simon Prieur.