Mes Samuel Massicotte et Audrey Létourneau. Photos : Site web de Stein Monast et de LLB Avocats
Mes Samuel Massicotte et Audrey Létourneau. Photos : Site web de Stein Monast et de LLB Avocats
C’est bien connu, les avocats sont au travail presque 24 heures sur 24. Toujours accrochés à leur téléphone, pour être certain de ne manquer aucun appel, aucun courriel important, d’un client ou d'un collègue.

Sauf que pour la vie personnelle, ce n’est pas l’idéal.

Alors le Barreau de Québec lance un projet, ou plutôt un défi : celui de cesser toute communication non urgente entre collègues, entre 19 h et 7 h, et ce, pendant les 28 jours du mois de février. Le défi a été baptisé « On décroche 2021 ».

L’idée est née d’une initiative de Me Samuel Massicotte, membre du Conseil du Barreau de Québec, accompagné de Me Frédéric Lavigne et Me Audrey Létourneau, respectivement président et membre du Comité conciliation travail-vie personnelle.

« Nous remarquons les effets néfastes que la surcharge de travail a sur la vie personnelle des gens et leur moral. Il est impératif de prendre soin de notre santé psychologique et de décrocher du travail », indique dans un communiqué le Barreau de Québec .

Ce « décrochage » est d’autant plus difficile alors que beaucoup d’avocats sont en télétravail et ont transformé leur maison en bureau.

Le Barreau invite également ses membres à questionner leur propre pratique puisque, semblerait-il, certains collègues envoient des requêtes à toute heure du jour et de la nuit, alors que ces dernières ne sont pas urgentes.

« Ce défi que nous vous proposons a pour objectif d’augmenter le bien-être des membres, la qualité des communications et la gestion des priorités. Il favorise également la prise de recul et le ton de certaines communications », indique encore le communiqué.