Mes Alessandra Esposito Chartrand et Jean-Philippe Caron. Photos : Sites web de la firme Calex et de Desjardins
Mes Alessandra Esposito Chartrand et Jean-Philippe Caron. Photos : Sites web de la firme Calex et de Desjardins
Une demande d’action collective contre la Fédération des caisses Desjardins, Fiducie Desjardins et Desjardins Investissements a été déposée mercredi à la Cour supérieure.

Le plaignant, Dr Omid Zahedi Niaki, reproche au groupe financier des frais de gestion déraisonnables et injustifiés pour certains de ses fonds communs de placement.

Il est représenté par Mes Alessandra Esposito Chartrand et Jean-Philippe Caron de la firme Calex, fondée en 2017. Ceux-ci se sont alliés pour l’occasion à deux confrères torontois, Mes Paul Bates et John Archibald. Il s’agit de leur deuxième collaboration avec ce dernier, qui les a récemment épaulés dans le dépôt d’une demande d’action collective contre Google.

La poursuite allègue que des fonds communs de placement à gestion active, c’est-à-dire dirigés par des professionnels et offrant un rendement supérieur à l’indexation du marché, utilisaient en fait une stratégie d’index caché (closet indexing strategy).

Plutôt que de rechercher activement les opportunités permettant de dépasser la croissance moyenne, les fonds étaient simplement indexés sur des fonds sous-jacents qui, eux, sont indexés sur des fonds comme le S&P500. Ils avaient donc des rendements similaires à des fonds à gestion passive, mais des frais de gestion beaucoup plus élevés qui les rendaient au final moins profitables.

« On ne reproche pas à Desjardins le rendement de ces fonds de placement. On sait bien que rien n’est jamais garanti avec la bourse, souligne Me Alessandra Esposito Chartrand. Ce qu’on dit, c’est qu’il s’agit de fausse représentation, car la stratégie d’investissement n’avait pas été clairement présentée aux clients. »

Toute personne ayant possédé ou possédant des fonds communs de placement à gestion active entre le 17 janvier 2005 et aujourd’hui pourrait se joindre à l’action collective, si elle est autorisée par la cour.