La spécialiste des communications pour De Grandpré Chait, Marie-Ève Pelletier. Photo : LinkedIn
La spécialiste des communications pour De Grandpré Chait, Marie-Ève Pelletier. Photo : LinkedIn
« J’ai l’impression de m’être fait faire une jambette », illustre une courseuse, qui devait passer sa première entrevue le lundi 15 mars, au moment où le logiciel Teams est tombé en panne.

Alors qu’elle devait en principe avoir une discussion d’une dizaine de minutes avec deux stagiaires actuels du cabinet, puis une première entrevue par visioconférence, elle a dû se contenter d’un appel téléphonique pour tenter de faire bonne impression.

Déçue, elle estime que les responsables du cabinet auraient dû reprogrammer l’entretien ou utiliser une plateforme différente afin d’offrir des chances égales à tous. « C’est un manque d’équité flagrant », déplore t-elle.

Du côté de De Grandpré Chait, on affirme que différentes alternatives ont été proposées aux étudiants touchés par cette panne. L’utilisation de Zoom ou de Facetime ainsi qu’un report de l’entrevue, dans la mesure du possible selon les contraintes de temps des intervieweurs et des étudiants, en faisaient partie.

La jeune courseuse - qui a requis l’anonymat - assure toutefois que ces options ne lui ont pas été présentées.

« Je comprends que c’est un milieu très compétitif et que je n’aurais peut-être pas été retenue pour la deuxième entrevue, même si tout avait fonctionné, mais ça reste que je n’ai pas l’impression d’avoir eu une véritable chance de me démarquer. Ce n’était pas à armes égales », argumente-t-elle.

Sur la centaine de candidats rencontrés en première entrevue par le cabinet, seuls trente sont passés à la deuxième étape.

Le grand cabinet dit comprendre le désagrément causé à l’étudiante, mais réitère que son processus a été équitable, malgré ce pépin technologique.

« Tous les étudiants ont bénéficié de la même opportunité et obtenu une entrevue complète de la même durée », fait valoir la spécialiste des communications pour De Grandpré Chait, Marie-Ève Pelletier.