Claude Dostie et Pierre Tremblay. Photos : LinkedIn et site web de la Ville de Sherbrooke
Claude Dostie et Pierre Tremblay. Photos : LinkedIn et site web de la Ville de Sherbrooke
Le premier a traité le deuxième de « kamikaze en manque de publicité »; le deuxième a poursuivi le premier; mais ce sont bien les tiers de cette affaire, à savoir les contribuables, qui paient la note.

Claude Dostie, le directeur de cabinet de la conseillère Évelyne Beaudin, avait écrit ces mots sur Facebook, pour décrire Pierre Tremblay, conseiller municipal.

M.Tremblay avait porté l’affaire devant la justice. Il avait obtenu que Claude Dostie soit puni d’une contravention de 160$ pour injure. Toutefois, le juge Alain Boisvert a renversé cette décision..

De cette poursuite, ne resteront donc à la postérité que les factures des avocats.

Claude Dostie a reçu une note totale de 12 607,97 $, tandis que Pierre Tremblay s’est vu demander 5 655,60$ par ses avocats, indique La Tribune qui a obtenu ces factures en vertu de la loi d’accès à l’information.

Les deux directeurs de cabinet seront finalement tombés d’accord sur un point: c’est à la Ville de Sherbrooke, donc aux citoyens, de payer les dépenses du procès pour injures, pour un montant total de 18 263,57$.