Bernard Choquette a floué plusieurs hommes d'affaires influents de la Vieille Capitale pour plus de 1,5 million de dollars, rapporte Radio-Canada.

Parmi ses victimes, Jacques Tanguay, Germain Lamonde, Marie-Claude De Billy, Guy Pelletier et Louis Têtu. Aucun d'entre eux n'a récupéré son argent. Des institutions financières ont également subi des pertes.

L'avocat, qui a pratiqué en droit commercial chez Ogilvy Renault jusqu'en 2005, leur faisait miroiter, en-dehors de son travail, des occasions d'affaires attrayantes. Ses victimes lui ont ainsi consenti des prêts de 20 000$ à 315 000$, croyant à tort qu'ils devenaient propriétaires d'actions de compagnies florissantes, dont Copernic, rappelle Canoë.

Au lieu d'investir l'argent, M. Choquette s'en servait plutôt pour rembourser d'autres investisseurs. Il se payait aussi un train de vie luxueux, a indiqué la Couronne.

Son « stratagème » a été démasqué lorsque l'entreprise Copernic, un moteur de recherche sur le web, a été vendue à gros prix. Plusieurs actionnaires ont alors réclamé leur dû, en vain.

Hier en Cour, Bernard Choquette s'est excusé auprès de sa famille et des gens qu'il a floués.

« Je ne recherche pas du tout la pitié, loin de là. Je mérite tout ce qui m’arrive. Les gens comme moi doivent subir une peine. Le temps qui s’est écoulé m’a permis de comprendre la gravité des gestes que j’ai posés. Ils sont graves. J’ai honte... Je regrette, je m’excuse auprès de mes créanciers qui ont été bernés en me faisant confiance », a dit Bernard Choquette, dont les propos sont rapportés par le Journal de Québec.

D’avocat à poissonnier

Jacques Parent, son avocat a souligné que son client a vécu la honte, l’humiliation, la déchéance depuis sa mise en accusation. « Ses remords sont sincères et il assume entièrement la responsabilité et réalise les conséquences néfastes pour ses victimes », a-t-il dit au Journal de Québec.

Bernard Choquette, père de quatre enfants, a de plus récemment plaidé coupable aux 23 chefs d’accusation déposés contre lui par le comité de discipline du Barreau. Il s’expose à une radiation permanente.

Rappelons-le, Bernard Choquette exploitait aussi neufs restaurants Burger King avant de faire faillite. Depuis sa descente aux enfers, il a travaillé comme réceptionniste dans un hôtel du quartier Saint-Roch et comme poissonnier. « Son séjour en usine lui a ouvert les yeux sur un monde qu’il ne connaît pas... » a dit son avocat.

La Couronne et la défense ont suggéré une peine de quatre ans d'emprisonnement, mais la juge Johanne Roy a pris la cause en délibéré, estimant qu'il s'agit d'une affaire qui mérite réflexion. Elle rendra sa décision le 16 octobre.