BGA avocats a eu cette mauvaise surprise hier juste au moment où il devait tenir une conférence avec les avocats qui défendent la compagnie, rapporte le quotidien Le Devoir. BGA avocats est un client du service affaires de Vidéotron.

La panne est survenue vers 11h45 et a affecté environ 100 000 clients dans l'est de Montréal, à Laval et sur la Rive-Sud.

Hier matin, donc, raconte le Devoir, Me Benoît Gamache s'apprêtait à discuter avec un collègue de chez Fasken Martineau, qui défend Vidéotron dans le recours, lorsqu'il a constaté l'absence de tonalité. Me Gamache a donc utilisé son cellulaire - relié au réseau de Bell - pour appeler le service à la clientèle. Les lignes semblaient hors service là aussi, a-t-il affirmé.

BGA avocats déplore que la panne téléphonique d'hier soit la deuxième en autant de semaines.

«On est un bureau, on peut survivre. Mais mis à part la question du recours collectif, ce qui est vraiment inquiétant, c'est de penser à ces gens qui ont les trois services. Je ne sais pas, il me semble qu'ils sont un peu vulnérables du point de vue de leur propre sécurité, surtout les gens du troisième âge avec le 911», a dit Me Gamache lors d'un entretien téléphonique avec le journaliste François Desjardins.

Le recours collectif porte précisément sur une panne d'Internet survenue le 18 juillet 2007. Il ne serait pas impossible de tout simplement amender le recours pour inclure les récentes pannes, mais Me Gamache a souligné que la tendance des dernières années est plutôt aux recours séparés.