Question

Merci pour vos chroniques. Je profite de l'anonymat qu'elles préservent pour vous poser la question suivante : les cabinets cherchent toujours à dissocier les honoraires qu'ils facturent à leurs clients du résultat qu'ils obtiennent.
Moi, je veux faire pareil : obtenir une augmentation en dépit des mauvais résultats de mon cabinet cette année !
J'en ai assez. J'ai bien travaillé, et dans mon gros cabinet, on sent venir qu'il n'y aura pas de belles augmentations, ni de bonus pour les avocats.
Comment négocier son salaire à la hausse dans ce contexte ?

Réponse

Cher lecteur,

Merci, c’est bon de savoir qu’il existe des lecteurs fidèles qui nous apprécient! Parlant d’être apprécié, on dit souvent en ressources humaines que le salaire est une mesure d’appréciation. Or, il est tout à fait normal de vouloir être apprécié à sa juste mesure…

La récession a frappé plus durement les bureaux d’avocats que certains ne veulent l’admettre. On a du faire beaucoup de mises à pied dans certains secteurs comme les valeurs mobilières et le transactionnel et ce, à tous les niveaux de séniorité. Les bureaux ont fait le ménage pour assainir leurs finances.

D’autres secteurs, par contre, se portent très bien comme l’insolvabilité et la restructuration qui fonctionnent à fond la caisse. On a parfois même du faire des embauches. Une vraie vache à lait quoi!

On retrouve donc, dans les bureaux, des avocats qui n’ont pas fait leurs heures et d’autres qui les ont dépassées, parfois largement. Doit-on mettre tout le monde dans le même panier et imposer à tous un gel de salaire ou 0% de bonus, « target » dépassé ou non?

En temps normal, i.e. hors récession, la question ne se pose même pas : si notre secteur va bien et qu’on fait ses heures, on reçoit une gratification, si notre secteur se porte mal et qu’on ne les fait malheureusement pas, too bad! Business is business, certains secteurs vont bien, d’autres pas, c’est cyclique, chacun son tour.

En temps de récession, je comprends que certains secteurs souffrent terriblement alors que les choses allaient très bien dans le passé; par contre, d’autres voient enfin leur business fleurir. Si « business is business », ne devrait-on pas enfin gratifier ces avocats à leur tour? Ne devrait-on pas compenser à leur juste mesure les avocats qui « font vivre le bureau »?

Oui, j’en conviens, c’est un peu facile de réduire la question salariale de la sorte. Par contre, la récession a le dos large et on a fait passer beaucoup de choses sur le compte de la récession….incluant le gel de salaire et 0% de bonus…alors qu’on a fait le ménage et que les finances vont bien.

Caroline Haney


La Question Carrière

Chaque semaine, tour à tour, les recruteurs juridiques Caroline Haney et Jean-François Théorêt répondent à une question posée par vous chers lecteurs.

La Question Carrière de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes du moment qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Pour participer, rien de plus simple, inscrivez votre question dans le formulaire situé ici. Et voilà, le tour est joué.