Me Joey Zukran. Source: LPC Avocat
Me Joey Zukran. Source: LPC Avocat
Le juge Pierre-C. Gagnon de la Cour supérieure a donné son feu vert à l’action collective de Steve Abihsira, qui alléguait que la société américaine Ticketmaster de ne pas avoir divulgué clairement le prix original des billets, et d’imposer des prix abusifs lors de transactions.

Le demandeur estimait que Ticketmaster transgressait la Loi sur la protection du consommateur (LPC). À ce titre, il réclamait le versement de 500 $ en dommages punitifs à chaque membre du groupe.

Le demandeur est représenté par Me Joey Zukran du cabinet LPC Avocat

Le 18 juin 2021, M. Abihsira a acheté des billets donnant accès à deux sièges du Centre Bell pour le match de hockey du 20 juin 2021 opposant les Canadiens de Montréal aux Golden Knights de Las Vegas. L’acquéreur a déboursé 1 675,80 $ pour ces billets.

Or, sur chaque billet, figurait un prix annoncé de 350 $. Et le demandeur affirmait que le prix initial ne lui a été communiqué qu’à la toute fin du processus d’achat électronique.

« Aux étapes précédentes, Ticketmaster indiquait plutôt un prix de 650 $ l’unité pour des billets de revente validés », précise le jugement de la Cour supérieure.

Me Se-Line Duong et Me Christopher Richter. Source: Site web de Torys
Me Se-Line Duong et Me Christopher Richter. Source: Site web de Torys
M.Abihsira alléguait que Ticketmaster « berne les acheteurs sur le marché secondaire », en affichant le prix initial à la quinzième des seize étapes du processus d’achat.

De son côté, Ticketmaster pointe que « la LPC exige uniquement que le prix affiché initial du billet revendu soit divulgué à l’éventuel acquéreur avant que le contrat de (re)vente soit conclu ».

Ticketmaster est représentée par Me Se-Line Duong et Me Christopher Richter du cabinet Torys.

Et la société américaine avance que le demandeur n’a pas subi de préjudice, puisqu’ « il savait fort bien qu’il payait le gros prix pour un match de demi-finale vers la Coupe Stanley ».

Le juge Pierre-C. Gagnon conclut que l’action collective peut aller de l’avant.

Le demandeur pourra représenter le groupe décrit ainsi: « toute personne physique et tout commerçant (personne physique ou personne morale), présent sur le territoire du Québec au moment d’acheter un billet de revente pour un spectacle, sur le site internet ou l’application mobile de Ticketmaster, à un prix supérieur à celui annoncé pour le billet sur le marché primaire. Le billet de revente doit avoir été vendu entre le 6 juin 2018 et (la date du jugement à venir pour approuver les avis aux membres). »