Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette. Sources: Archives et site web de la Société Makivik
Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette. Sources: Archives et site web de la Société Makivik
Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, annonce l’octroi d’une subvention de 2,25 millions de dollars à la Société Makivik pour l’aider à soutenir des initiatives en matière de justice auprès des Inuits.

Cette somme, répartie sur une période de trois ans, vise à assurer la présence d’intervenants juridiques au Nunavik, précise le communiqué.

Un montant annuel de 400 000 $ permettra de recruter quatre membres du personnel de soutien à la gestion au département de justice de Makivik. À cela s'ajoutent 125 000 $ par année pour le maintien en poste d'un coordonnateur des services de justice au Nunavik.

Makivik prévoit aussi embaucher deux rédacteurs Gladue. Les rapports Gladue expliquent le contexte socio-économique des membres des Premières Nations qui ont des démêlés avec la justice au cours de leur procès ou avant le prononcé de la peine. Il est obligatoire de prendre en considération leurs antécédents depuis un jugement de la Cour suprême en 1999.

Ce soutien devrait contribuer à « rendre la justice plus accessible auprès des communautés (et leur permettre) de bénéficier de services mieux adaptés à leurs besoins et à leurs réalités », affirme le ministre Jolin-Barrette.

Joint par Droit-Inc, le Barreau n'a pas été en mesure de se libérer pour commenter cette annonce. La responsable des communications, Martine Meilleur, nous avait toutefois déclaré en mars dernier, lors de l’annonce du budget, souhaiter que des mesures soient prises pour améliorer l’accès à la justice au Nunavik.

La Société Makivik, dont le siège social est à Kuujjuaq, au Nunavik, représente environ 10 000 Inuits. Makivik déploie également des conseillers parajudiciaires qui viennent en aide aux justiciables.