Clayton Ruby n’est plus... Source: Wikipédia
Clayton Ruby n’est plus... Source: Wikipédia
L'avocat de renom Clayton Ruby est décédé à l'âge de 80 ans. Il est considéré comme un formidable plaideur et un géant des causes progressistes au pays.

« Clay était un défenseur dévoué des droits de la personne, un champion des opprimés et un aimable ami », écrit sur Twitter le cabinet torontois Ruby Shiller Enenajor DiGiuseppe.

Clayton Ruby avait reçu l'ordre du Canada en 2005. Il avait pris sa retraite il y a à peine 18 mois.

Sur le site du Gouverneur général du Canada, il est écrit que Clayton Ruby est un « éminent criminaliste dont la réputation s'étend d'un bout à l'autre du pays qui a consacré sa carrière à la promotion de la justice ».

« Faisant preuve d'un zèle tout aussi actif en tant que bénévole, il a offert son talent et son expertise à une panoplie d'institutions, dont PEN Canada, Human Rights Watch, Earthroots et le Sierra Legal Defence Fund », écrit la Gouverneure générale.

Une « légende de la profession »

Brian Schiller se souvient de la première fois qu'il a rencontré Clayton Ruby en 1994. « C'était à un dîner d'affaires, j'étais terrifié à l'idée d'être assis devant lui à la même table », se rappelle-t-il.

Il avoue qu'ils ont commencé à collaborer alors qu'il travaillait dans un autre cabinet d'avocats au début. « Il est devenu mon mentor, poursuit-il en le décrivant comme opiniâtre, généreux et respectueux. »

M. Shiller rappelle que Ruby était un militant pour les droits à l'égalité et qu'il a été emprisonné aux États-Unis durant le mouvement des droits civiques dans les années 1960.

« Il défendait les droits de la personne, l'environnement et les animaux », précise-t-il en mentionnant notamment la lutte contre la chasse aux phoques qu'il détestait.

Clayton Ruby a effectivement entrepris au cours de sa carrière de défendre de nombreuses causes notoires comme celle de Guy Paul Morin, qui a été condamné à tort pour le meurtre de la petite Christine Jessop en 1984.

À ce sujet, il avait dit en 2020 à CBC que personne ne peut se remettre d'une condamnation injuste et erronée.

M. Ruby était par ailleurs un défenseur de l'aide médicale à mourir. Il siégeait au sein de l'organisation Mourir dans la dignité.

M. Shiller confirme que la compassion de M. Ruby pour ses clients était ce qui comptait le plus aux yeux de l'avocat.

Il avait beaucoup d'empathie à leur endroit, en particulier envers les plus vulnérables comme ceux atteints de problèmes de santé mentale ou de handicap physique, dit-il.

Leur faire justice était l'objectif qui lui tenait le plus à cœur et il voulait aussi rendre les personnes en position d'autorité responsables de leurs actions, explique-t-il.

Clayton Ruby avait défendu l'ex-député du NPD Svend Robinson lorsque ce dernier avait assisté à la mort de Sue Rodriguez, alors que l'aide médicale à mourir était encore illégale et punissable par la loi au Canada en 1994.

M. Robinson, qui n'avait finalement jamais été mis en accusation dans cette affaire, salue d'ailleurs sur Twitter mercredi la mémoire de son ancien avocat.

« Je suis attristé par sa mort, c'était un géant de sa profession, un soutien indéfectible des progressistes et un homme honorable », écrit M. Robinson.

La consœur de Clayton Ruby au sein de leur cabinet, Annamaria Enenajor, ajoute personnellement sur Twitter qu'elle a appris avec grand chagrin la mort de l'avocat.

« Je n'aurais pu rêver d'un mentor plus solidaire et plus aimant que lui; son génie et son zèle n'avaient d'égal que sa gentillesse et sa joie de vivre », mentionne-t-elle dans un microbillet.

Brian Shiller ajoute enfin que M. Ruby était un homme de principe et qu'il n'aimait pas par exemple que des procureurs de la Couronne soient nommés à la magistrature à cause du conflit d'intérêt que peuvent représenter de telles nominations.

Sa mort est une perte considérable pour le monde juridique, conclut-il.