Devant la Commission Charbonneau, jeudi, M. Milioto a ainsi réfuté les propos tenus l'automne dernier par l'entrepreneur Michel Leclerc, de Terramex.

M. Leclerc avait soutenu que M. Milioto l'avait fait venir à son bureau et lui avait conseillé de s'entendre avec d'autres entrepreneurs du secteur de l'aménagement des parcs pour obtenir de meilleurs prix.

Terramex a tenté en vain de percer le marché montréalais, avant de se résigner à travailler en sous-traitance pour Mivela et d'autres entreprises du secteur des trottoirs.

M. Milioto a été identifié par d'autres témoins comme l'intermédiaire entre le clan des Rizzuto et le cartel des entrepreneurs en construction de Montréal.

Il a lui-même témoigné de sa grande proximité avec le patriarche du clan, Nick Rizzuto, avec qui il jouait régulièrement aux cartes et faisait des promenades.