Nouvelles

Un juge sous enquête pour propos déplacés est suspendu

Main image

La Presse Canadienne

2015-11-26 07:00:00

La Cour féérale a annoncé qu’un juge ayant déjà demandé à une victime d'agression sexuelle pourquoi elle n'avait pas serré les genoux n'entendrait plus de cause jusqu'à nouvel ordre.

Robin Camp
Robin Camp
Plus tôt ce mois-ci, le tribunal avait décidé que le magistrat Robin Camp ne traiterait plus les cas impliquant des agressions sexuelles en attendant la conclusion d'une enquête sur son comportement.

Le Conseil canadien de la magistrature a lancé une enquête concernant la conduite de M. Camp durant un procès qu'il a présidé l'an dernier alors qu'il était juge à la Cour provinciale de l'Alberta.

Le magistrat a acquitté un homme accusé d'avoir agressé sexuellement une jeune femme de 19 ans, mais le verdict a été cassé en appel.

Des plaintes ont été déposées au sujet des commentaires faits par Robin Camp durant les procédures, soulignant que ces propos montraient que le juge était sexiste, qu'il n'avait pas de respect pour la victime et qu'il n'avait pas tenu compte de la loi.

Un porte-parole du juge en chef de la Cour fédérale, Paul Crampton, a déclaré que la priorité de M. Camp à l'heure actuelle était de suivre une formation sur l'égalité entre les sexes.

Durant le procès à Calgary, Robin Camp avait remis en question la moralité de la victime, avait affirmé qu'elle était «peu recommandable» et avait laissé entendre que «le sexe et la douleur vont parfois de pair». Il avait aussi appelé la jeune femme «l'accusée» à quelques reprises.

En annonçant l'acquittement de l'homme, le magistrat lui avait dit que tous les hommes devraient être plus doux et prudents avec les femmes, et lui avait suggéré de transmettre ce message à ses amis afin qu'ils puissent se «protéger» et éviter de «s'attirer des ennuis».

M. Camp a présenté ses excuses à la plaignante et à toutes les femmes que ses remarques ont pu offenser.

«J'ai réalisé que les choses que j'avais dites et le comportement que j'avais eu durant le procès sur cette question et dans ma décision avaient causé de grandes souffrances à beaucoup de gens», a reconnu le magistrat dans un communiqué.

«Je suis très troublé de savoir que des choses que j'ai dites ont blessé des innocents. Je m'adresse plus particulièrement aux personnes qui hésitent à rapporter une agression quelle qu'elle soit ou à fournir des preuves au sujet de ces agressions.»
4517

7 commentaires

  1. Jess
    Deplorable
    Get this guy off the bench ASAP. His beliefs are so ingrained at this point and his "excuses" were no doubt drafted by a public relations firm.

    • Isabelle
      Isabelle
      il y a 8 ans
      re Deplorable
      I totally agree.

      C'est pas une bourde, ni une farce plate ou dépalcée, ni même le fait d'une vision un peu vieillotte mais inoncente des relations hommes-femmes.

      Par ailleurs, j'aiemrais qu'il comprenne que le public n'est pas "offensé" par ses propos. Il se donne trop d'importance en disant ça.

      Non, ce qui choque, c'est qu'il soit juge.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 8 ans
    Procès d'opinion
    "Get this guy off the bench ASAP. His beliefs are so ingrained..."


    Ce juge a posé une question, et non fait une affirmation.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 8 ans
    Défendre l'indéfendable
    Une question rhétorique, oui. Êtes-vous sérieusement en train de défendre de tels propos?

  4. Aanonyme
    Aanonyme
    il y a 8 ans
    A single phone call to the Alberta Court of Appeal's registry office would have answered any questions
    "Camp spent three years on the provincial bench hearing a wide variety of criminal cases. Records at the Alberta Court of Appeal show two of his rulings were appealed and overturned with new trials ordered.

    "In one case, the Court of Appeal found Camp made an error in law when he granted a stay in proceedings in a case where three people were violently attacked with a hammer.

    "The other is the notorious sexual assault trial...

    "A single phone call to the Alberta Court of Appeal's registry office would have answered any questions about whether appeals were pending on any of Camp's provincial court decisions. The factum was a public document, reviewable by anyone.

    "All of those details would have been available to the justice minister more than three months before he elevated Camp to the Federal Court.

    "[Former Justice Minsiter Peter]MacKay has not responded to CBC's requests for information on what kind of vetting he and his office did before appointing Camp.

    "The Alberta judicial advisory committee had little, if any, role in this appointment.

    "Provincial court judges under consideration for a federal judicial appointment are not assessed by the advisory committees, which are set up in every province and territory."

    [http://www.cbc.ca/news/politics/judge-robin-camp-knees-together-1.3322867]

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a 8 ans
    Abominable
    Quelle honte!

  6. Jess
    Deplorable
    Hahahaha!!!

    You must still be in law school.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires